Accueil Actu Monde International

RDC : les services de renseignements accusés de "traitement dégradant"

L'institut congolais "Ebuteli" de recherche sur la politique, la gouvernance et la violence a dénoncé mercredi la "détention arbitraire" et le "traitement inhumain et dégradant" dont a été victime selon lui son directeur dans les locaux de l'Agence nationale des renseignements (ANR) de la République démocratique du Congo.

Fred Bauma, également cadre du mouvement citoyen Lucha (Lutte pour le changement), avait été arrêté samedi à Kinshasa, en même temps que plusieurs militants qui s'étaient rassemblés devant l'Assemblée nationale pour marquer les 600 jours d'occupation de la ville de Bunagana par les rebelles du M23, dans l'est du pays.

Les personnes interpellées avaient été libérées le lendemain, à l'exception de deux d'entre elles, Fred Bauma et Bienvenu Matumo, une autre figure de la Lucha. Les deux hommes ont finalement été relâchés dans la nuit de lundi à mardi.

Pendant sa détention, "Fred Bauma a été brutalisé, soumis à un traitement inhumain et dégradant", dénonce Ebuteli dans un communiqué.

À l'ANR, "on nous a accusés d'avoir participé à une réunion avec des opposants les 4 et 5 janvier, qui aurait eu pour but de 'déstabiliser les institutions légalement établies'", a indiqué Bienvenu Matumo, interrogé par l'AFP.

"Je leur ai dit que j'ai plutôt 'participé à la réunion préparatoire d'une conférence de presse appelant à l'annulation des élections'" du 20 décembre, remportées par le président sortant Félix Tshisekedi, a-t-il précisé.

Dans son communiqué, Ebuteli précise que Fred Bauma "n'a participé à aucune réunion entre des représentants politiques et de la société civile" et "n'a été associé en aucune manière à l'initiative rendue publique et discutée lors de cette rencontre".

Ebuteli se présente comme un "centre congolais de recherche indépendant", qui "mène ses travaux de manière rigoureuse et non-partisane".

À la une

Sélectionné pour vous