Accueil Actu

Panne mondiale de Facebook et ses services Instagram, WhatsApp et Messenger: que s'est-il passé?

Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger, les deux réseaux sociaux et les deux messageries du géant californien, émergeaient mardi d'une panne sans précédent, qui a plongé le groupe dans une double crise après les révélations au grand jour d'une lanceuse d'alerte.

Facebook a indiqué tard lundi soir, mardi à l'aube en Belgique, dans un communiqué que la panne majeure de ses réseaux et messageries avait été causée par un "changement de configuration défectueux" de ses serveurs, qui a empêché ses utilisateurs d'accéder à la plateforme, Instagram, WhatsApp ou Messenger pendant environ sept heures. "Les personnes et les entreprises dans le monde dépendent de nous pour rester connectés", a noté le groupe jusque-là peu loquace sur l'incident exceptionnel. "Nous présentons nos excuses à ceux qui ont été affectés", a ajouté Facebook, soit potentiellement plusieurs milliards de personnes selon divers experts en cybersécurité. La gigantesque panne serait liée à des mises à jour du système informatique de routage, qui permet de relier les serveurs aux noms de domaine. "A un moment ce matin, Facebook a retiré la carte qui permet aux ordinateurs dans le monde de trouver ses différentes adresses en ligne", a résumé l'expert en cybersécurité Brian Krebs sur son blog. 

L'incident technique constitue la panne "la plus importante jamais observée" par Downdetector, qui recense les signalements des utilisateurs. "Des milliards d'utilisateurs ont été affectés", a assuré le site. "A l'immense communauté de personnes et entreprises dans le monde qui dépendent de nous: nous sommes désolés. Nous travaillons dur à vous redonner accès à nos applis et services et sommes heureux de vous dire qu'ils reviennent en ligne en ce moment", a tweeté Facebook mardi à 00H30 (heure belge), après quelque sept heures de panne. "Nos sincères excuses à tous ceux qui sont affectés (...) Nous avons des problèmes de réseau et nos équipes travaillent aussi vite que possible pour réparer et revenir en ligne", avait tweeté un peu plus tôt Mike Schroepfer, le directeur technologique de Facebook. 

L'incident devrait apporter de l'eau au moulin des détracteurs de la société californienne, car il démontre son immense emprise sur la vie quotidienne.

Crise majeure pour Facebook

La plateforme aux près de 3 milliards d'utilisateurs mensuels traverse l'une des pires crises sur sa réputation depuis deux semaines, à cause des révélations d'une lanceuse d'alerte. Ancienne ingénieure chef de produit chez Facebook, Frances Haugen a fait fuiter de nombreux documents internes et a accusé le groupe de "(choisir) le profit plutôt que la sûreté" de ses utilisateurs, dans un entretien diffusé par la chaîne CBS dimanche. Avant son départ de l'entreprise, en mai, Frances Haugen avait emporté avec elle de nombreux documents issus de recherches internes à l'entreprise et confiés notamment au Wall Street Journal.

Dans un article publié mi-septembre, le quotidien a révélé, sur la base de ces informations, que l'entreprise effectuait des recherches sur son réseau social Instagram depuis trois ans pour en déterminer les effets sur les adolescents.

Les études évoquent notamment les liens entre le mythe du corps féminin idéal véhiculé par de nombreux contenus sur les réseaux et les risques pour la santé mentale des adolescentes complexées.

La lanceuse d'alerte est aussi revenue sur le scrutin présidentiel américain de novembre 2020, quand Facebook avait modifié ses algorithmes pour réduire la diffusion de fausses informations. Mais selon Frances Haugen, "dès que l'élection a été terminée", le groupe les a reconfigurés comme avant, "pour donner la priorité à la croissance plutôt qu'à la sûreté", a-t-elle soutenu dans son entretien à l'émission "60 Minutes", sur CBS.

Elle doit être interrogée mardi par les élus américains lors d'une audition consacrée à l'impact de Facebook et Instagram sur les jeunes utilisateurs, une semaine après une longue séance de questions des sénateurs adressées à Antigone Davis, responsable de la sécurité et de l'enfance au sein de la firme.

À la une

Sélectionné pour vous