Accueil Actu Régions Luxembourg

Dix ans après leur création, les postes médicaux de garde sont-ils efficaces? Voici le bilan

Les postes médicaux de garde fêtent leurs 10 ans. Ces centres permettent d’assurer une permanence médicale la nuit, les week-ends et jours fériés. Au départ, c’est d’abord en province de Luxembourg qu’ils ont vu le jour afin de contrer la pénurie de médecins. 10 ans plus tard, le problème est-il réglé?

Retournons d'abord en 2012, lors de l'inauguration du poste médical de garde de Marche-en-Famenne. Le principe: la garde n’est plus réalisée dans chaque village par les médecins et elle est centralisée ici.

Voici ce que nous disait alors le responsable. "C'est beaucoup mieux de devoir se déplacer, même s'il faut faire peut-être 15 minutes de trajet, que de ne plus avoir de garde du tout. C'était vraiment clairement le risque dans de nombreuses zones de la province de Luxembourg et de l'arrondissement de Dinant", indiquait Guy Delrée.

Car ces postes médicaux étaient censés soulager les médecins, fatigués par les gardes.

Le bilan 10 ans plus tard: problème réglé?

Retour dans le présent. 10 ans plus tard, nous sommes retournés dans les mêmes locaux. C'est l’heure du bilan.

En 10 ans, les 7 postes de la province de Luxembourg et de l’arrondissement de Dinant ont accueilli 500.000 patients pendant les 46.000 heures de garde prestées.

 

Mais ce qui nous intéresse, c’est surtout l’objectif de base. Ces centres ont-ils réellement permis de contrer la pénurie de médecin? "Ça semble fonctionner. On a des installations qui se font. Des zones où il y avait peu de médecins qui commencent à se repeupler de médecins", réagit Christian Guyot, président des postes médicaux de garde Luxembourg-Dinant.

Une belle révolution pour nous

Nous avons vérifié sur le terrain et nous avons rencontré Céline Vanschepdael. Si aujourd’hui cette médecin pratique toujours à Saint Hubert, c’est effectivement grâce à ces postes créés il y a 10 ans. "Avec l'ancien système, quasiment chaque semaine on avait une garde de nuit. Donc c'était assez contraignant, ça empiétait énormément sur la vie de famille, c'était épuisant. Donc les postes médicaux de garde ont été une belle révolution pour nous", nous confie la médecin. Résultat: son nombre de garde a fortement diminué.

Toujours une pénurie de médecins dans certaines zones

Aujourd’hui, la province de Luxembourg reste malgré tout en manque de médecin. Ils ne sont que 350, contre 4.000 pour toute la Wallonie.

Ce manque, nous l'avons constaté dans le petit village d'Awenne. "Ici il y en avait un, il n'y en a plus. Donc il faut absolument se déplacer", nous confie une habitante. "Même avec une urgence, parfois on se demande parfois si on va être soigné ou pas soigné", indique une autre.

Pour ne pas que cela empire encore, il est donc essentiel de maintenir ces postes de garde. Ils sont pourtant menacés en province de Luxembourg par un risque de réductions de financement.

À la une

Sélectionné pour vous