Accueil Actu

Le mariage de Geneviève Lhermitte en prison pose question: le mari a reçu des faveurs et l'union pourrait faciliter sa libération

Cela fait 8 ans qu’elle a assassiné ses 5 enfants. La mère infanticide, qui purge actuellement une peine à perpétuité à la prison de Berkendael, vient de se remarier dans cette même prison avec Patrick, un voleur multirécidiviste liégeois actuellement détenu à Mons. Des questions se posent cependant concernant les implications de cette union.

La cérémonie s’est déroulée hier mardi à 14h30 à la prison de Berkendael (aile féminine de la prison de Forest), en présence de l’aumônier de la prison, d’une conseillère laïque, d’une conseillère catholique, des quelques membres importants du personnel de la prison, de quelques détenues amies de la mariée (dont une femme incarcéré pour avoir égorgé son fils en 2010, selon la Dernière Heure), de la responsable de l’Etat civil de Forest, de l’avocat de Geneviève Lhermitte Xavier Magnée et du bourgmestre de Forest Marc-Jean Ghyssels. Celui-ci avait refusé de les marier en dehors du milieu carcéral. La cérémonie a duré 30 minutes, avec quelques personnes manquant à l’appel, comme les parents et sœurs de Geneviève Lhermitte, et les 5 enfants de Patrick.


Une union bénie par le curé d’Uccle

L’aumônier de la prison, le curé de la paroisse d’Uccle Thierry Vander Poelen, a ensuite béni l’union dans la chapelle de la prison, moment durant lequel Geneviève Lhermitte, devenue très catholique depuis son incarcération, a joué un morceau de flute. Les convives ont eu droit à un gâteau simple cuisiné à la prison. Le curé a justifié son geste : "La rédemption est toujours possible. Bénir des personnes, c’est éveiller ce qu’il reste de bien en eux", expliquent Sud Presse et la Dernière Heure.


Des faveurs pour Patrick

Mais selon Sud Presse, Patrick, son nouveau mari, a obtenu des faveurs inexplicables dans le cadre de ce mariage. Lui qui est normalement détenu à la prison de Mons a obtenu son transfert à celle de Forest pendant deux semaines. Pour le mariage et pour " profiter " un peu de leur union. Il pourra en effet rester 15 jours à la prison de Forest qui permet aux couples présents dans cette même prison de se voir régulièrement, dans une pièce prévue à cet effet avec lit et douche, durant 4 heures sans surveillance. C’est via les couloirs internes qui relient celle de Forest à celle de Berkendael que le futur marié est d’ailleurs arrivé à la cérémonie.


Un mariage qui pourrait aider Geneviève Lhermitte à retrouver la liberté

Les mariages de détenus sont possibles depuis une loi de 2005 de Laurette Onkelinx, dans le but de favoriser leur réinsertion. Mais grâce à ce mariage, Geneviève Lhermitte et Patrick pourront bénéficier d’avantages. Cela bénéficiera en effet à la détenue lorsqu’elle pourra demander des permissions de sortie, peut-être dès cette année, et surtout une libération conditionnelle dans deux ans. Patrick, lui, est en fin de peine. Il sortira de prison l’année prochaine avec une qualification de soudeur en poche. Il était déjà venu voir Geneviève Lhermitte à Berkendael lors de ses congés pénitentiaires.


Une allusion à ses enfants

Autre fait relaté par les quotidiens : Geneviève Lhermitte a tenu à faire une allusion durant la cérémonie à ses cinq enfants décédés, Yasmine, Nora, Myriam, Mina et Mehdi. Pour rappel, la détenue les a égorgés en 2007, alors que leur père, son ex-mari Bouchaib Moqadem, était à l’étranger.

À la une