Accueil Actu

"En faisant mes courses, je vois que mon solde est insuffisant": Mélanie a perdu 5.600€ sur son compte sans s'en rendre compte, que s'est-il passé ?

Mélanie a eu un gros coup dur il y a un an et demi. Son compte bancaire a été vidé. Et la jeune femme n’a pu récupérer son argent. Malheureusement, les établissements financiers ne remboursent pas les sommes subtilisées, dans tous les cas de fraude.

"Mon compte bancaire a été piraté. Toutes mes économies ainsi que mon salaire ont été dérobés", c’est la mésaventure vécue par Mélanie. L’habitante d’Hornu rapporte que suite à son passage à la caisse d’une station essence, son compte a été vidé en mai 2021. Mais c’est plus d’un an après qu’elle nous a interpellés, via le bouton orange Alertez-nous, pour comprendre ce qui s’est passé et empêcher que cela n’arrive à d’autre personnes.

Mélanie a perdu en tout 5.600 euros : "A 33 ans repartir de zéro et voir tous ses projets s’écrouler, c’est juste déprimant": confie-t-elle.

Je me suis sentie totalement impuissante

Sur les circonstances de la fraude, Mélanie se souvient avoir fait un paiement dans une station essence en mai 2021. Deux jours après, "en faisant mes courses, je vois solde insuffisant". Elle s’est rendue dans son agence bancaire, où l'employé a vu que tout son argent avait été dérobé. Elle porte plainte, sous les conseils de l’agent qui lui indique qu’il existe un type de fraude au moyen d’un récepteur de données installé dans un système Bancontact.

Le compte de Mélanie est bloqué. "Je devais me débrouiller avec mon papa qui touchait mon salaire et me le donnait en cash", se remémore l’éducatrice spécialisée. Après 10 mois d’attente, sa banque l’informe par courrier qu’elle ne sera pas remboursée, car elle avait "reçu un sms de Card Stop et qu’elle n’avait pas réagi à temps". Elle est également sommée de payer 250 euros de solde négatif, "sous peine d’être fichée à la banque nationale". Alors, elle s’exécute. "Je me suis sentie totalement impuissante", avance la jeune femme. Depuis, elle a changé de banque.

Que s’est-il passé ?

Nous avons contacté Belfius qui indique que l’explication donnée, à l’époque, en agence, avait été faite "sans aucune analyse préalable". Le cas de Mélanie a été investigué. Et la porte-parole de Belfius est formelle, il ne s’agit pas d’une fraude au moyen d’un récepteur de données installé dans un système Bancontact, mais d’un cas de phishing, soit une technique utilisée par des fraudeurs pour obtenir des renseignements personnels, par exemple via un sms ou un email frauduleux, afin d’usurper l’identité de la victime et de se connecter à son espace digital banking...

"L’analyse approfondie des faits a fait apparaître que des informations confidentielles ont été communiquées à une tierce personne, suivies des transactions frauduleuses", précise la banque.

Il y a eu utilisation de la puce, qui ne peut pas être copiée

Le type de fraude, un temps soupçonné par Mélanie, existe mais c’est devenu extrêmement rare. La banque informe que "seule la piste magnétique d’une carte peut être copiée. Ensuite, le clone de la carte copiée ne peut être utilisé que hors Europe pour des retraits en espèces sur des terminaux qui n’utilisent pas la puce électronique. Dans le cas qui nous occupe, il y a eu utilisation de la puce, qui ne peut pas être copiée".

Est-ce que la banque peut intervenir pour rembourser les retraits frauduleux ?

Tout dépend des circonstances de la fraude. Dans le cas (très rare) d’une carte copiée, il peut y avoir remboursement, uniquement pour les retraits en espèces effectués avec le clone.

Par contre, si des informations confidentielles ont été communiquées par le client (code, …), souvent sans s'en rendre compte (le phishing, donc), il n’y a pas d’intervention de la banque.

Notez que si vous n’êtes pas d’accord avec la décision prise par votre banque, vous pouvez toujours demander une seconde analyse. Chez Belfius, il existe un service Complaints qui traite justement les plaintes de clients mécontents.

En dernier recours, il y a aussi un médiateur pour les banques et sociétés de crédit, l’Ombudsfin qui tente de régler à l’amiable les différents entre clients et établissements financiers. Il est possible d’introduire une plainte en ligne, ici.

En ce qui concerne les fraudes via phishing réussies, elles sont en baisse mais elles restent très, trop, nombreuses, malgré les campagnes de prévention réalisées par les banques et Febelfin, la Fédération belge du secteur financier.

En 2020, année qui avait connu une importante augmentation des fraudes en ligne, 34 millions d’euros ont ainsi été volés. En 2021, ce montant est descendu à 25 millions d’euros. Cela représente la perte nette, sans les tentatives de fraude déjouées. Toujours selon la fédération financière, environ 75% des virements frauduleux ont été stoppés par les banques, soit grâce à la détection et au blocage préventif, soit par la récupération des montants volés.

Quelques conseils de prévention :

- Votre banque ne vous demandera jamais de communiquer vos codes bancaires personnels et ne vous conseillera jamais par téléphone, email, via sms ou les médias sociaux de transférer votre argent vers un compte tiers. Ne communiquez donc jamais aucun code bancaire à qui que ce soit.
- Ne passez jamais par un lien pour vous rendre sur le site de paiement ou l'application mobile de votre banque. Tapez toujours vous-même l'adresse du site web de votre banque dans votre navigateur ou enregistrez-y cette adresse dans la liste des favoris, ou encore ouvrez l'application mobile de votre banque sur votre smartphone.
- Vous avez reçu un message ou un appel bizarre et vous doutez de son authenticité ? Ne donnez pas suite à ce message ou cet appel. Et si vous voulez plus d'informations, n’hésitez pas à appeler votre banque.
- Les cybercriminels peuvent facilement ajouter le logo de votre banque ou falsifier le nom de l'expéditeur, ne croyez pas aveuglément les e-mails ou messages que vous recevez.

Que faire si vous êtes, malgré tout, tombé dans le piège ?

- Appelez immédiatement Card Stop au 078 170 170.
- Contactez votre banque au plus vite.
- Rassemblez toutes les informations dont vous avez besoin pour prouver les faits et le préjudice subi.
- Déposez plainte auprès de la police.