En ce moment
 
 

Affaire Nethys, les communes liégeoises ont peur d'être lésées: "On nous a fait miroiter des dividendes potentiels énormes"

Affaire Nethys, les communes liégeoises ont peur d'être lésées:
© RTL INFO

Les communes liégeoises protègent leurs arrières face à Nethys. En effet, elles sont actionnaires d'Enodia, l'intercommunale qui gère Nethys, et ont bien peur de perdre de l'argent.

Où en est l'affaire Nethys, ce matin ? Pour rappel : 

- le gouvernement wallon a cassé les ventes des filiales de Nethys ;
- le conseil d'administration de Nethys a annoncé sa démission ; 
- la direction, emmenée par Stéphane Moreau, ne tient plus qu'à un fil.

Désormais, plusieurs communes liégeoises ayant des actions dans Enodia ont décidé de prendre un avocat. Elles craignent effectivement d'être lésées dans cette affaire. C'est le cas de la commune de Wanze. "On nous a fait miroiter des dividendes potentiels énormes", explique Christophe Lacroix, le bourgmestre. "Moi, je constate que cette année-ci, nous perdons près d'un tiers des dividendes, ce qui est quand même assez important.

La commune applaudit la décision du gouvernement wallon, mais a peur de mettre la main au portefeuille. "Nethys continue à garantir un crédit de plus de 200.000 euros dans le cadre de la vente d'Elicio. Si les pertes devaient être assumées à travers ce crédit, ce serait les communes qui seraient lésées."

D'autres communes, comme Anthisnes, Andenne, Huy ou Waremme vont suivre, ou ont suivi, le pas. Selon le bourgmestre de Waremme, Jacques Chabot, "il faut préserver ses intérêts".


Stéphane Moreaux dehors ?

Le conseil d'administration d'Enodia, ex-Publifin, se réunira à 9h30 ce matin. L'ordre du jour de la réunion n'est pas encore connu mais en coulisses on évoque les discussions liées au licenciement de Stéphane Moreau de la présidence de Nethys. Il devrait convoquer dans un avenir proche une Assemblée générale du groupe liégeois.

Ce matin également, le ministre wallon Pierre-Yves Dermagne s'expliquera : le ministre régional des pouvoirs locaux répondra aux questions des députés wallons et se justifiera sur la décision de casser les ventes des filiales de Nethys (Voo, Win et Elicio). 

Vos commentaires