En ce moment
 
 

L'économiste Bruno Colmant tire la sonnette d'alarme: "Aujourd'hui l'écologie doit être au centre de l'économie"

L'économiste Bruno Colmant tire la sonnette d'alarme: "Aujourd'hui l'écologie doit être au centre de l'économie"
 
 

"Aujourd'hui, l'écologie doit être au centre de l'économie", a déclaré Bruno Colmant au micro de Fabrice Grosfilley sur Bel RTL. L'économiste, qui a été PDG de la banque Degroof Petercam et conseille des chefs d'entreprises et politiques, tire la sonnette d'alarme, car "on le voit, on a des problèmes à très court terme d'ordre énergétique (…) l'économie est touchée en son cœur".

Face au dérèglement climatique, il appelle à changer la façon dont il faut voir l'économie, pour résoudre la raréfaction de certaines ressources alimentaires ou hydriques : "La machine économique ne fonctionne plus aussi rapidement et aussi efficacement qu'avant pour des problèmes écologiques".

Bruno Colmant dit aujourd'hui avoir changé de point de vue et tourne le dos à la doctrine libérale : "Je pense que seul l'état est légitime pour régler ces problèmes. On ne peut pas déléguer à l'économie privée la solution des problèmes climatiques et écologiques". Il propose donc un dialogue "beaucoup plus étroit" entre les entreprises et l'état.

On est dans une course à la prospérité

L'économiste l'affirme : "À partir du moment où on a décidé d'exploiter la terre à un rythme plus rapide que celui dont elle a besoin pour se régénérer, ça veut dire qu'on aspire le futur et qu'on prend et consomme le passé". Selon lui, l'économie était plus "tempérée et équilibrée" dans le temps, alors qu'aujourd'hui "on est dans une course à la prospérité et à la cupidité, même le secrétaire général de l'ONU le dit".

La solution, selon lui, est celle où des experts sont consultés par les gouvernements : "On ne peut pas simplement limiter la décision à un cercle très réduit de personnes qui ne sont pas spécialistes, mais on doit trouver des compétences" a déclaré Bruno Colmant.

"L'important est de savoir vers où on va. Personne n'est capable, dans ce pays, de dire quel est le plan en matière d'écologie et en matière d'énergie" déplore l'économiste.


 

Vos commentaires