En ce moment
 
 

Le gouvernement wallon annonce un soutien d'urgence au secteur touristique: à qui iront les 6,5 millions débloqués?

Le gouvernement wallon annonce un soutien d'urgence au secteur touristique: à qui iront les 6,5 millions débloqués?
 
CORONAVIRUS

Le gouvernement wallon a examiné en première lecture le programme de soutien d'urgence de 6,5 millions d'euros au secteur touristique wallon, a-t-il indiqué lundi.

Invitée de Fabrice Grosfilley sur BEL RTL, la ministre du Tourisme Valérie De Bue a expliqué concrètement à quoi allait servir cette aide financière. "Cela va soutenir les hébergements touristiques et les attractions du tourisme pour faire face aux investissements auxquels ils vont devoir faire face pour mettre en place les mesures sanitaires (produits désinfectants, l’équipement de plexiglass,…). C’est une aide de plus de 3 millions d’euros au secteur", précise-t-elle. "Mais il y a aussi d’autres mesures de soutien pour les attractions touristiques et pour le tourisme social. Ce sont des secteurs qui ont des spécificités et qui n’ont pas spécialement été éligibles aux aides économiques. Par exemple, des attractions qui ont dû faire face à des frais pour maintenir leurs infrastructures (la mise en peinture, le nourrissage des animaux, le balisage des chantiers,…). C’est une aide qui permet au secteur de se maintenir par rapport à la crise."

6,5 millions d’euros, est-ce suffisant ? "Il faut faire la différence entre les mesures de soutien et les mesures d’accompagnement du secteur. La relance sera une étape supplémentaire. Ce sont des mesures structurelles. Il y aura l’appel des fonds européens. Nous sommes mobilisés avec le Fédéral pour aider les différents secteurs", a indiqué Valérie De Bue. 

Il s'agit donc d'un plan de soutien qui comprend six mesures d'aide, dont des subventions spécifiques (3,23 millions d'euros) à la mise en place de mesures sanitaires obligatoires pour les hébergements et attractions touristiques. Elles seront octroyées sur base du taux de fréquentation ou du nombre de chambres. Un autre soutien concerne les frais d'entretien pour les attractions touristiques pendant la période de fermeture. Il sera calculé également sur base du taux de fréquentation, avec un montant minimum de 1.000 euros et maximum 200.000 euros, précise le gouvernement wallon. Les associations de tourisme social sont aussi concernées par ce plan qui prévoit une aide de pour leur maintien en état durant cette même période. Un budget de 830.000 euros est prévu. En outre, une subvention aux opérateurs touristiques organisant en temps normal des activités événementielles à vocation touristique régionale est proposée, calculée sur base des dépenses et plafonnée à 6.000, 15.000, 20.000 ou 25.000 euros en fonction de l'impact touristique. Enfin, le plan comprend un renforcement des subventions des Maisons du Tourisme et la mise à disposition pour l'ensemble des opérateurs touristiques d'une campagne de promotion du tourisme wallon ainsi que sa diffusion massive.

Concrètement à quoi va servir cette aide ?

Mais il y a aussi d’autres mesures de soutien pour les attractions touristiques et pour le tourisme social. Ce sont des secteurs qui ont des spécificités et qui n’ont pas spécialement été éligibles aux aides économiques. Par exemple, des attractions qui ont dû faire face à des frais pour maintenir leurs infrastructures (la mise en peinture, le nourrissage des animaux, le balisage des chantiers,…). C’est une aide qui permet au secteur de se maintenir par rapport à la crise. »

6 millions d’euros, est-ce suffisant ?

« Il faut faire la différence entre les mesures de soutien et les mesures d’accompagnement du secteur. La relance sera une étape supplémentaire. Ce sont des mesures structurelles. Il y aura l’appel des fonds européens. Nous sommes mobilisés avec le Fédéral pour aider les différents secteurs. »

"Le secteur touristique est un acteur important du tissu économique wallon. Il est primordial de lui apporter un soutien de crise avec des aides adaptées et spécifiques. Ce programme représente plus de 6.500.000 euros. C'est une première étape pour lui permettre d'amorcer la saison touristique 2020", souligne la ministre Valérie De Bue.

 

 

Vos commentaires