En ce moment
 

Réformes et plafond salarial prévus chez Publifin/Finanpart/Nethys: avec ou sans Stéphane Moreau?

Publifin devrait se donner jusque fin mars pour faire le ménage, selon Le Soir qui tient de bonnes sources que le sort du dirigeant Stéphane Moreau ne sera cependant toujours pas tranché lundi soir à l'issue d'un conseil d'administration stratégique de Finanpart, la filiale de l'intercommunale liégeoise. Une série de réformes économiques et de gouvernance seront toutefois annoncées.

Le dirigeant controversé du groupe Publifin/Nethys restera en place à l'issue de cette réunion, selon un consensus dégagé durant le week-end entre les ténors liégeois du PS (Jean-Claude Marcourt), du MR (Daniel Bacquelaine) et du cdH (Alda Greoli). "On peut tenir avec ça jusqu'au 31 mars", rapportent des sources.


Exemple de ce qui ne va pas : Finanpart

D'ici fin mars, le milieu s'engage à boucler la réflexion stratégique visant à redéfinir le périmètre du nouveau groupe Publifin: les activités à maintenir, celles qu'il faut céder. Et en menant une réflexion parallèle sur l'avenir du management.

Denis Philippe, le coordinateur du groupe d'experts qui s'est penché sur Nethys, a expliqué a Bernard Lobet pour Bel RTL ce matin que le groupe va se réformer sur des bases solides: "La structure financière est tout à fait saine. Il y a 3.000 emplois qui sont tout à fait opérationnels et justifiés. La structure est une structure qui marche et qui est importante pour la région liégeoise."

Mais il existe des problèmes. Premièrement, "Publifin détient toutes les actions de Finanpart et Finanpart détient toutes les actions de Nethys". Finanpart avait été créée pour faire entrer du capital public extérieur, comme Brutélé, mais cela ne s'était pas fait. Cette société intermédiaire, qui fait écran entre l'intercommunale Publifin et la société commerciale Nethys n'a donc plus de raison d'être.


Moreau aura-t-il encore une utilité après la réforme?

"C'est maintenant aux politiques à décider s'ils veulent changer le management", explique M. Philippe. "Stéphane Moreau doit quitter le groupe mais ça n'arrivera pas ce lundi soir, il faut d'abord voir quel va être le nouveau périmètre de Nethys (la filiale opérationnelle du groupe, NDLR)", commente Pierre Erler, administrateur cdH. "La vraie question n'est pas de savoir si Stéphane Moreau doit rester ou pas. C'est de savoir s'il est indispensable au fonctionnement du groupe tel qu'il sera redéfini", conclut Jean-Claude Jadot, administrateur MR.


23 personnes trop payées?

Parmi les autres annonces attendues: un plafonnement salarial au sein du groupe et la liquidation de Finanpart, annonce Le Soir. "Les rémunérations sont trop élevées par rapport aux rémunérations qui sont généralement admises au niveau public." Ce plafond est de 245.000€ par an et pas moins de 23 cadres de Nethys le dépassent allègrement en ce moment.

 




 

Vos commentaires