En ce moment
 
 

Ils ne connaissent pas Théo, mais ils sont très nombreux à le chercher en Australie: nos envoyés spéciaux ont suivi une battue

Les enquêteurs belges ont donc entamé leur travail, en Australie. Des "experts" qui vont épauler la police locale pour tenter de retrouver Théo Hayez, ce jeune belge de 18 ans, disparu sur place. Depuis près d'un mois, de nombreux bénévoles se mobilisent, aussi, pour organiser des battues, dans la régionde Byron Bay. C'était encore le cas hier. Reportage de nos envoyés spéciaux, Dominique demoulin et emmanuel tallarico.

Il est 9h et la journée s'annonce magnifique. Pourtant, aujourd'hui encore, des dizaines de personnes ont répondu à l'appel aux bénévoles lancé sur Facebook. Un responsable prend la parole face aux participants. "Nous cherchons tout ce qui peut être associé à Théo. Ses vêtements, son téléphone… et Théo lui-même. Ce serait magnifique de le retrouver", lance-t-il.

Il faut essayer d'imaginer l'angoisse des proches

Au programme de la journée: une battue dans le bush qui surplombe la plage. L'endroit est situé à 5 kilomètres du dernier endroit où Théo a été vu. L'organisation est quasiment militaire. Les motivations, elles, sont profondément humanitaires. "Il faut essayer d'imaginer l'angoisse des proches. C'est une torture. C'est dans notre ADN d'aider", confie un bénévole.

"J'ai un fils de 19 ans, et puis moi j'ai beaucoup voyagé moi-même. Je me suis dit qu'un jour il voyagerait, alors j'aimerais bien savoir qu'il y a des gens qui s'occupent des jeunes", explique Christina, une volontaire.
 
Personne ici ne connaît Théo mais qu'importe. Depuis trois semaines, les volontaires se relaient au cœur de la végétation inhospitalière qui recouvre une bonne partie de la région. "Cela fait à peu près une heure que nous marchons dans le bush, où la végétation est extrêmement dense, très haute. Puis il y a des serpents, des marécages, des araignées, des petites bêtes qui piquent", explique notre journaliste Dominique Demoulin.

"Vu le terrain, c'est impossible pour les enquêteurs. C'est pour ça qu'il faut venir les aider", commente un bénévole.

Ce dimanche, 116 personnes ont participé aux recherches avec la même foi. "Il doit y avoir quelque chose. Théo n'a pas disparu de la surface de la Terre", précise un volontaire. Mais où est ce "quelque chose"? On le cherche encore…

Vos commentaires