La neurochirurgienne soupçonnée d'avoir tué sa fille, qui luttait contre un cancer, renvoyée devant la cour d'assises

La neurochirurgienne soupçonnée d'avoir tué sa fille, qui luttait contre un cancer, renvoyée devant la cour d'assises

La neurochirurgienne Mehrnaz D. sera jugée pour l'assassinat présumé de sa fille de 14 ans l'été dernier. La chambre des mises en accusation de Bruxelles a en effet décidé de renvoyer l'ancienne membre du personne médical de l'hôpital universitaire de Louvain (UZ Leuven) devant la cour d'assises du Brabant flamand, plutôt que devant le tribunal correctionnel, a appris Belga de sources judiciaires.


Le corps découvert par le compagnon de la suspecte

Le corps de l'adolescente avait été retrouvé, sans vie, le 26 juillet 2017 dans l'appartement de la suspecte par son compagnon. Celui-ci avait alors directement prévenu les services de secours. La mère de la victime avait été interpellée l'après-midi même, alors qu'elle s'engageait sur l'autoroute E314, à Herent, dans la région de Louvain. Elle avait été placée sous mandat d'arrêt par un juge d'instruction et inculpée d'assassinat.


La fille luttait depuis plusieurs années contre un cancer

Quelques jours plus tard, Mme Mehrnaz avait admis avoir tué sa fille. D'après son avocat Jef Vermassen, l'adolescente était gravement malade et tant la mère que la fille étaient dépressives. La victime luttait en effet depuis plusieurs années contre le cancer et en 2017, le corps médical lui avait diagnostiqué une tumeur cérébrale. La mère, neurochirurgienne à l'UZ Leuven, était par ailleurs engagée dans une procédure de divorce conflictuelle et se serait occupée en grande partie seule de sa fille.


La mère souffrirait d'un stress post-traumatique

Pour Me Vermassen, la place de sa cliente n'est pas en prison mais dans un établissement psychiatrique. Il a à plusieurs reprises fait appel de la décision de la chambre du conseil de prolonger sa détention provisoire, mais sans succès. Selon le rapport psychiatrique, Mehrnaz D. souffre d'un stress post-traumatique, mais est responsable de ses actes. L'enquête judiciaire à Louvain est terminée. La neurochirurgienne est donc poursuivie pour la mort de sa fille. Le parquet de Louvain n'a pas pu confirmer l'information jeudi. En vacances à l'étranger, Me Vermassen était injoignable.

Vos commentaires