Le président de l'UCI veut ouvrir une enquête sur les pratiques de l'équipe Sky

Le président de l'UCI veut ouvrir une enquête sur les pratiques de l'équipe Sky

(Belga) David Lappartient, président de l'Union Cycliste Internationale (UCI), souhaite que son organisation enquête sur les pratiques de l'équipe cycliste britannique Sky. Il a annoncé cette intention mercredi à la suite des conclusions d'une commission parlementaire britannique, qui a conclu que la formation cycliste de l'ancien vainqueur du Tour Bradley Wiggins a franchi une "ligne éthique" en utilisant un produit autorisé par les règles antidopage pour raison médicale afin d'améliorer les performances.

"Nous pensons qu'un corticostéroïde puissant a été utilisé pour préparer Bradley Wiggins, et peut-être d'autres coureurs qui l'ont soutenu, pour le Tour de France à l'époque (2012, ndlr)", déclare le rapport présenté lundi. "Ce n'était pas dans l'intention de traiter un besoin médical." Wiggins avait prétendu avoir utilisé le médicament contre l'asthme. "Nous avons une fondation antidopage (CADF, Cycling anti-doping Foundation) qui a le pouvoir d'enquêter à ce sujet", a expliqué Lappartient à la BBC. "Je pense qu'elle devrait profiter de cette opportunité. Tout le monde devrait savoir si Wiggins ou Sky ont violé les règles antidopage. Si vous utilisez des substances pour améliorer la performance, je pense c'est que c'est exactement ce qu'est la tricherie." Des hackers russes ont rendu public il y a deux ans l'information que Wiggins, peu de temps avant sa victoire finale en 2012 dans le Tour de France, a pu utiliser pour raison méadicale un corticostéroïde interdit, le triamcinolone. Il l'aidait à traiter ses allergies et ses problèmes respiratoires. Chris Froome, l'actuel leader de l'équipe Sky, a subi un contrôle antidopage anormal lors de la Vuelta 2017. La nature de la substance en question anormalement élevée lors du contrôle antidopage du 7 septembre dernier -le salbutamol, un médicament utilisé contre l'asthme-, n'entraîne pas de suspension provisoire, ce qui permet au quadruple vainqueur du Tour de France (32 ans), qui nie s'être dopé, de continuer à évoluer en compétition. . (Belga)

Vos commentaires