Linkebeek vote une motion contre les visites domiciliaires

(Belga) Le conseil communal de Linkebeek a voté lundi soir une motion contre le projet de loi relatif aux visites domiciliaires qui permet à la police de pénétrer dans une habitation où résident des personnes en situation irrégulière sans leur autorisation. Les conseillers francophones de cette commune à facilités ont pour la première fois voté de manière divergente, alors que Damien Thiéry et Yves Ghequière ont annoncé fin mai qu'ils figureront sur des listes différentes lors du scrutin communal de l'automne prochain.

La commune de Linkebeek s'est fondée sur l'article de la Constitution garantissant l'inviolabilité du domicile, ainsi que sur un arrêt récent de la Cour constitutionnelle qui abroge certaines dispositions de la loi Pot-Pourri II pour faire valoir ses objections juridiques contre le projet de loi. "Le droit au respect de la vie privée et le droit de l'inviolabilité du domicile sont des principes fondamentaux de notre démocratie. Le projet de loi stigmatise des personnes en situation irrégulière en abolissant le droit fondamental à la défense", stipule la motion. Celle-ci indique par ailleurs que des habitants de Linkebeek fournissent un refuge à des migrants et procurent ainsi une aide humanitaire à des gens dans le besoin. La motion a été votée par huit voix pour et quatre contre. Les six élus du groupe d'Yves Ghequière, ainsi que les deux conseillers de la liste flamande ProLink ont donné leur voix en faveur de la motion, tandis que les quatre membres du conseil fidèles à Damien Thiéry, absent, s'y sont opposés. C'est la première fois que les mandataires francophones de Linkebeek émettent des votes divergents. Un incident est survenu lors du traitement d'un autre point de l'ordre du jour lorsque le conseiller Dominique Schwartz (de la fraction Thiéry) a pris la parole en français. La bourgmestre Valérie Geeurickx, qui présidait le conseil, a alors rappelé que cela n'était pas autorisé. (Belga)

Vos commentaires