En ce moment
 
 

Michel tué devant sa famille dans un appartement d'Ixelles: l'assassinat commandité depuis une prison polonaise

Michel tué devant sa famille dans un appartement d'Ixelles: l'assassinat commandité depuis une prison polonaise
(c)Google Street View

Selon nos informations, au moins une personne a été placée sous mandat d’arrêt pour homicide volontaire dans le cadre d'une affaire sordide d’expédition punitive mortelle sur fond de trafic de stupéfiant et de rivalité amoureuse. Michel a été assassiné de plusieurs coups de couteau dans la nuit du 31 mars 2019. Sa mère, sa nouvelle compagne et la fille de cette dernière étaient présents au moment des faits.

Cette nuit là vers 00h45, quatre individus cagoulés pénètrent par effraction dans l’immeuble où vit Michel à Ixelles. Ce dernier occupe le rez-de-chaussée ainsi que les chambres aménagées au sous-sol. La victime dormait dans l’une des pièces avec sa copine, tandis que l’autre chambre était utilisé par l’enfant de celle-ci et la mère de Michel.

Les malfrats sont armés de battes et d’un marteau, ils fracturent la porte d’entrée avant de se rendre dans le sous-sol pour porter des coups au couple. Michel parvient à sortir de la chambre, sa mère réveillée par le bruit, tente de protéger son fils, qui rentre dans la chambre qu’elle occupe avec l’enfant.

Les auteurs, qui s’expriment en polonais, portent encore des coups à Michel avant de prendre la fuite. Il décède à l’hôpital Saint-Pierre vers 4h du matin.

Sur place, la police découvre un maillet présentant des traces de sang.

La compagne de Michel souffre d’une fracture du nez tandis que sa mère présente des traces de contusions multiples.

L’autopsie de la victime montre la présence d’une dizaine de plaies par arme tranchante, l’une d’elle a atteint le cœur. C’est ce coup qui a provoqué la mort. Le légiste constate également une fracture et un enfoncement de la boîte crânienne.

D’après l’enquête, il ressort que la victime est l’objet de menaces depuis le début de sa relation avec sa nouvelle amie. Les témoins interrogés suspectent l’ancien compagnon de celle-ci, un homme qui se trouve en détention en Pologne. Les investigations évoquent également l’existence d’un possible trafic de stupéfiants auquel la victime aurait pris part et qui aurait fait concurrence à deux individus identifiés, conflit qui aurait déjà mené à une tentative d’assassinat sur Michel.

Trois des quatre auteurs sont identifiés par les enquêteurs qui possèdent des éléments solides, notamment des écoutes téléphoniques. Le véhicule utilisé pour se rendre sur les lieux du crime a également été identifié et il correspond à celui utilisé par les suspects.

Vos commentaires