En ce moment
 

Scandale Odebrecht: l'ex-président péruvien Kuczynski en détention pour corruption

(Belga) La justice péruvienne a placé mercredi en détention provisoire pour dix jours l'ex-président Pedro Pablo Kuczynski (2016-2018) dans le cadre du scandale de corruption Odebrecht qui secoue la classe politique latino-américaine ces dernières années.

Est ordonnée "la détention provisoire pour une durée de 10 jours de l'ancien président Pedro Pablo Kuczynski pour une affaire de blanchiment d'argent présumé dans le cadre du scandale Odebrecht", a annoncé dans la matinée un communiqué de l'administration judiciaire. Ce géant brésilien du bâtiment a distribué pendant plus d'une décennie un total de 788 millions de dollars dans une dizaine de pays à travers la région pour remporter des contrats, selon ministère américain de la Justice (DoJ). L'entreprise a reconnu avoir versé 29 millions de dollars de pots-de-vin au Pérou entre 2005 et 2014. L'arrestation est intervenue en début d'après-midi, après une visite médicale. Peu avant, M. Kuczynski avait dénoncé sur Twitter le caractère "arbitraire" de cette décision. "J'ai toujours collaboré avec toutes les enquêtes et répondu à toutes les convocations. Je n'ai jamais fui la justice", s'était-il justifié. La justice a également autorisé le procureur spécial José Domingo Pérez, en charge du volet péruvien de l'enquête sur le groupe de BTP, à perquisitionner le domicile de M. Kuczynski, âgé de 80 ans. Celui que les Péruviens surnomment "PPK" est devenu en mars 2018 le premier président en exercice à démissionner à cause de ses liens avec Odebrecht, qui a affirmé avoir payé près de cinq millions de dollars à des entreprises de conseil directement liées au chef de l'Etat, alors ministre entre 2004 et 2013. Alejandro Toledo (2001-2006), Alan Garcia (1985-1990, 2006-2011), Ollanta Humala (2011-2016) et Pedro Pablo Kuczynski (2016-2018): les quatre derniers chef de l'Etat sont dans le collimateur de la justice, et la chef de file de l'opposition, Keiko Fujimori, a été placée en détention provisoire le 31 octobre. (Belga)

Vos commentaires