Sous cannabis et cocaïne, il réagit violemment à une gifle et plante trois coups de couteau: que dit le tribunal de Charleroi?

Sous cannabis et cocaïne, il réagit violemment à une gifle et plante trois coups de couteau: que dit le tribunal de Charleroi?

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné un jeune homme à six ans de prison pour tentative de meurtre, ce mercredi. Lors d'un repas avec des amis, il avait poignardé l'un d'eux à trois reprises. Le prévenu avait déclaré s'être défendu lorsque la victime lui avait porté des gifles. Cette excuse n'a pas été retenue par le tribunal.

Les faits sont survenus le 26 septembre 2015, à Ham-sur-Heure/Nalinnes. Régis D., le prévenu, était attablé avec trois amis et terminait le repas lorsqu'une altercation a éclaté avec l'un d'eux, pour une futilité. Selon le parquet, qui se base sur un témoignage, le prévenu se serait levé, aurait fait le tour de la table et porté trois coups à son camarade à l'aide d'un couteau qui servait à éplucher les pommes de terre.

Régis D. affirme pour sa part que c'est la victime qui s'est approchée de lui pour le gifler alors qu'il était toujours assis et que, par réflexe, il a utilisé son couteau pour se défendre.

Selon la substitute Van Hollebeek, le prévenu et les témoins ont voulu étouffer l'affaire en inventant une histoire impliquant l'intervention d'un agresseur venu en voiture. L'arme avait d'ailleurs disparu à l'arrivée de la police, si bien qu'on ignore toujours si l'auteur a utilisé un couteau à pommes de terre ou celui qu'il employait pour manger.

"Le prévenu est quelqu'un qui s'énerve très vite", a commenté la magistrate. "Ce jour-là, il était en outre sous l'influence de cocaïne et de cannabis. Il consomme régulièrement du speed et, malgré les mesures qui lui interdisaient toute prise de drogue, deux nouveaux dossiers sont parvenus à mon office. Je ne vois aucun amendement dans son chef, ce qui m'amène à requérir cinq ans de prison."

Me Mathieu, conseil de Régis D., a de son côté rejeté toute intention homicide. "Lorsqu'on mange de la viande, on utilise un couteau. Et c'est celui-là qu'il a utilisé, par réflexe, lorsque la victime est venue le gifler. Aucun organe vital n'a été touché. On ne connaît d'ailleurs pas la profondeur des plaies", a plaidé l'avocat qui a sollicité la disqualification en coups et blessures et demandé une peine de travail. Ce mercredi, le tribunal a estimé l'intention homicide établie vu l'arme utilisée, le nombre de coups et leur localisation. Il écarte également toute forme d'excuse vu la répétition des faits et leur disproportion. Le prévenu a finalement écopé de six ans de prison.

Vos commentaires