En ce moment
 
 

Trois des accusés affirment qu'ils ne voulaient pas jeter Valentin à l'eau: "Il y a eu une sorte de réunion, un conciliabule"

Le procès des tortionnaires de Valentin Vermeesch se poursuit devant les Assises de Liège. Les plaidoiries ont commencé en début de semaine avec les parties civiles et le ministère public. Depuis 3 jours, les avocats des accusés se succèdent.

Ce matin, la défense de Loïck Masson a pris la parole. Notre journaliste Antoine Schuurwegen suit le procès au palais de justice de Liège pour RTL INFO. Il explique, en direct: "Selon sa défense, Loïck Masson n'est ni un violeur, ni un meurtrier. Loïck Masson, selon ses avocats, n'était pas présent dans le studio de Belinda Donnay lorsque les viols ont été commis, et même lorsqu'il était présent dans l'immeuble, il n'a rien entendu, parce que comme le soulignent ses avocats, à ce moment-là et comme on l'entend sur les vidéos, Valentin Vermeesch n'a pas crié. Loïck Masson n'est pas non plus un meurtrier, selon ses avocats: au moment de la scène finale, au bord de la Meuse, il aurait demandé aux autres de laisser Valentin tranquille".


"Il y a eu une sorte de réunion, un conciliabule"

Le cinquième accusé, Kilian Wilmet, a grosso modo la même ligne de défense. "Lui reconnaît l'intégralité des sévices, sauf le meurtre. Il a effectivement, séquestré, violé, frappé Valentin, il a même tout filmé, mais il n'a jamais voulu sa mort. Pour bien comprendre, il faut se replacer le soir des faits. Au bord de l'eau, au bord de la Meuse, il y a eu une sorte de réunion, un conciliabule, où chacun a dit ce qu'il voulait faire ou non de Valentin. Killian Wilmet, Loïck Masson et Dorian Daniels ont dit qu'ils ne voulaient pas jeter Valentin Vermeesch à l'eau".


"Que les trois garçons disent oui ou non, ça ne change rien"

Selon Nathan Mallants, l'avocat de Loïck Masson, Alexandre Hart avait déjà pris sa décision et cela n'avait rien d'un vote démocratique. "D'après les experts, chaque personne de ce groupe qui est créé alors qu'ils ne se connaissent pas forcément, intervient en binôme. Et le binôme Alexandre Hart – Belinda Donnay est trop fort et ne laisse de la place à personne d'autre. Que les trois garçons disent oui ou non, ça ne change rien, mais dans ce cas-ci, ils ont tous les trois dit non", a-t-il déclaré au micro RTL INFO.

Vos commentaires