Trois mineurs, dont deux suspectés de faits graves de violence, remis en liberté faute de place en centre fermé pour jeunes

Trois mineurs, dont deux suspectés de faits graves de violence, remis en liberté faute de place en centre fermé pour jeunes

Deux mineurs suspectés de faits graves de violence lors d'une fête scout le week-end passé à Blankeberge ont pu rentrer chez eux mardi, a indiqué la division brugeoise du parquet de Flandre occidentale. L'institution fermée d'Everberg ne dispose en effet plus de place pour les accueillir. Un troisième suspect a été envoyé par le juge de la jeunesse à De Zande, à Ruiselede. Les trois Ostendais sont suspectés de vol avec violence et de chantage. La victime, mineure elle aussi et originaire de la commune flamande de Zelzate, a reçu de très violents coups de pied. Les agresseurs sont finalement repartis avec son gsm.


Racket, commerce et possession de drogue 

Un autre jeune délinquant a également été remis en liberté faute de place à Everberg. Il s'agit d'un jeune de 17 ans suspecté de racket, de commerce et de possession de drogue, rapporte le parquet d'Anvers. L'adolescent dont il est cette fois question a été placé lundi dans le centre fermé d'Everberg. Comme aucune place n'était disponible, il a à nouveau été présenté au juge de la jeunesse mardi, qui a confirmé sa décision. Aucune place n'a toutefois pu être dégagée et le jeune homme a donc été libéré. D'après le parquet, il s'agit d'un jeune récidiviste qui refuse toute collaboration à un accompagnement dans le cadre de l'aide à la jeunesse. Il ne s'est pas conformé aux règles de la maison d'arrêt qui lui avait été imposée et il est agressif envers les autres. Le parquet se dit très préoccupé du signal qui est donné aux jeunes qui s'engagent dans la criminalité, une situation "que l'on ne peut plus justifier aux yeux de la société".

Vos commentaires