Les orages se sont abattus sur la Wallonie et ont fait des blessés: vos témoignages et images des intempéries

Des orages, accompagnés de violentes rafales de vent et d'averses, ont balayé la Wallonie durant la nuit. Nous avons reçu de nombreux témoignages de riverains touchés par les intempéries via notre bouton orange Alertez-nous. Au moins deux blessés sont à déplorer en province de Liège, à Hamoir.

Ce vendredi matin, jusqu'à 10h, un avertissement jaune de l'Institut royal météorologique (IRM) était lancé pour les provinces de Namur, de Liège et du Luxembourg. L'alerte aux intempéries a désormais pris fin, et c'est l'heure du bilan pour les victimes.

Faisons le point, province par province, sur les dégâts causés par les intempéries.


En province de Liège: au moins deux blessés à Hamoir

En province de Liège, la météo n'a pas épargné le village de Comblain-la-Tour (Hamoir). Deux blessés y sont à signaler. Une branche est tombée sur une tente du camp qui se déroule actuellement au "parc des Polonais". Un jeune a dû être hospitalisé d'urgence pour un poignet fracturé et le reste du groupe a été relogé. Une dame a aussi été hospitalisée pour une fracture du bassin à la suite de chutes de branches et d'arbres au camping privé du Rocher de la Vierge. Des caravanes ont été sinistrées. Les occupants ont été rassemblés dans la cafétéria.

"Cette caravane a été pulvérisée par la tempête. Elle a été littéralement pulvérisée par la chute d'un sapin cette nuit. Fort heureusement, elle était vide. Cela donne une idée de la puissance et de la violence de la tempête, et même de la tornade qui a traversé le camping. Des dizaines d'arbres sont tombés. Les services de secours devront encore intervenir pour les couper et sécuriser les lieux. Cela prendra des jours, voire peut-être des semaines pour tout déblayer et pour que le camping Le Rocher de La Vierge retrouve son allure de camp de vacances", a indiqué notre journaliste Samuel Ledoux, accompagné de notre caméraman Marc Evrard, en direct dans le RTLinfo 13H.
 
La phase communale du plan d'urgence a été déclenchée, indique le bourgmestre faisant fonction d'Hamoir. "Ce matin, à 4h40, la zone de secours Hemeco me prévenait de situation potentiellement à risque, avec des blessés sur le territoire de la commune. Un peu après 5h, sur le terrain avec les officiers des pompiers, nous avons décidé de déclencher la phase d'urgence. Cela nous a permis de trouver les moyens nécessaires en termes de ressources au niveau des pompiers et de la police, en plus nous avons bénéficié des renforts du service des travaux ainsi que de quelques bûcherons locaux pour nous aider dans nos missions", a précisé Michel Legros, interrogé par par Mathieu Langer et Julien Raway.

La priorité a été mise sur la mobilité ce vendredi matin, car de nombreuses voiries étaient encore bloquées par des arbres. La phase communale du plan d'urgence a aussi permis de "mettre en place une salle à disposition au cas où nous aurions dû reloger des personnes dans l'urgence, puisqu'on a quand même dû se préoccuper du sort d'une centaine de résidents dans un camping, où nous ne savions pas s'ils allaient pouvoir regagner leurs caravanes", a encore indiqué Michel Legros. Vers 13h30, le plan d'urgence était toujours en place pour permettre aux secours de terminer le travail de sécurisation.

Sylvia, une habitante, nous a contactés via notre bouton orange Alertez-nous. Elle a été réveillée en pleine nuit par le bruit de la pluie et des grêlons. Lorsqu'elle s'est levée c'est la puissance du vent qui l'a surprise. "Impossible d'ouvrir la porte. Le vent rentrait à l'intérieur de la pièce. Il semble qu'on ait eu une sorte de mini tornade ou quelque chose comme ça, parce qu'il y avait énormément de vent", a-t-elle indiqué.

Le reste du village a été touché. Le viaduc a été plongé sous un mètre d'eau selon Sylvia, et les secours sont intervenus. "Deux véhicules de SMUR et plusieurs ambulances sont venues. Dans le parc communal, il y a pas mal de branches qui sont tombées. Sur la route entre Comblain-au-Pont et Hamoir, là aussi on voit des gyrophares et on entend des tronçonneuses, là aussi il y a vraisemblablement des branches d'arbres qui sont tombées", a confié notre témoin.

Dans ce même village de Comblain-la-Tour, Vivian nous a décrit une situation très dangereuse provoquée par les intempéries. "Un câble électrique est à 1m50 du niveau de la route. Ores et la police ont été informés, cependant ils ont beaucoup de travail et ne peuvent venir rapidement. Le câble qui traverse la route est au niveau du passage des voitures. Faites attention dans la rue des Ecoles", nous a-t-il prévenu à 5h58.

A Lambermont (Verviers), une habitante nous a décrit "un orage court mais spectaculaire à 4h du matin".


Dans le Hainaut

Du côté de Beaumont, et plus précisément à Solre-Saint-Géry (Hainaut), un habitant a eu une mauvaise surprise ce matin. "Il y a eu une tornade, mes meubles de jardin ont disparu. Un vrai désastre dans la région", a-t-il confié à 6h35.

Toujours à Beaumont, le témoignage de Mesaline semble confirmer le précédent. "À Leugnies, nous avons eu une mini tornade. Nos toitures se sont envolées, les voitures sont cassées, les arbres déracinés et l'orage continue. Nous sommes plusieurs voisins à avoir énormément de dégâts. Mon voisin n'a plus de toiture à son étable, les murs ne sont plus stables et les fils électriques se trouvaient sur le chemin. C'est impressionnant et pourtant ça a duré à peine 20 minutes", nous a-t-elle dit.


Les intempéries ont dévasté un quartier de Leval-Chaudeville (Beaumont, Hainaut) durant la nuit de jeudi à vendredi. Des arbres ont été projetés sur des habitations et des toitures ont été arrachées. Vu l'ampleur des dégâts, le bourgmestre a déclenché le plan catastrophe communal.
Les pompiers de la zone de secours Hainaut-Est avaient dénombré une cinquantaine d'interventions pour les seuls villages de Leval-Chadeville et Leugnies, dans l'entité de Beaumont. Les secours parlent même de tornade. Des dizaines d'arbres ont été arrachés et projetés à plusieurs mètres. Certains se sont affalés sur des habitations et des véhicules. Plusieurs toitures ont subi de lourds dommages. Le toit d'une résidence secondaire, inoccupée au moment des faits, a lui aussi été arraché pour retomber sur une autre habitation, de l'autre côté de la route. Un poteau électrique est également tombé, coupant la circulation. A Leugnies, le village voisin, au moins trois toitures ont été partiellement arrachées. Aucun blessé n'est à déplorer mais, vu l'ampleur des dégâts, le bourgmestre a déclenché le plan catastrophe communal, ce qui lui a permis de recevoir l'aide de la protection civile et de la commune de Sivry-Rance qui a dépêché trois camions sur place.

Nos journalistes Sébastien Prophète et Benjamin Van Kelst se sont rendus à Leval-Chaudeville. Les images parlent d'elles-mêmes:
    
"Le ciel est en rage cette nuit. Les éclairs sont si puissants qu'ils illuminent le ciel comme s'il faisait jour. C'est vraiment très intense!", a décrit Ahmet vers 2h45, depuis son village de Ransart (Charleroi).
 

Une centaine d'interventions des pompiers en province de Namur 

A Haut-le-Wastia, une section de la commune d'Anhée, Cédrick nous affirme qu'une tornade a balayé son quartier:
 

Loredana, une habitante de Laneffe (Walcourt), nous a également écrit. "Violents orages. Déluge à Laneffe. Tout est arraché dans notre jardin et gros dégâts à la toiture", a-t-elle précisé en envoyant une photo:


À Laneffe, nos reporters ont pu observer l'ampleur des dégâts:
  
Toujours à Laneffe, Wendy nous fait part de son désarroi. "Catastrophe chez nous. On ne sait pas, étant donné qu'il fait nuit, si c'était une tornade ou pas, mais il y a assez bien de dégâts. La toiture d'un voisin envolée. Un autre a plusieurs arbres déracinés tombés sur la rue. Notre salon de jardin s'est envolé sur la rue. Le vent passait sous nos panneaux photovoltaïques et ça faisait un bruit effrayant, plus de la grêle et du vent d'une force inouïe. J'ai eu vraiment très peur et ça a l'air de recommencer", nous a-t-elle confié à 4h du matin.

Une situation confirmée par Anthony. Il nous a indiqué que les orages avaient laissé des traces dans le village. "De nombreux dégâts à déplorer. Panne de courant depuis 2h du matin sur toute l'entité", a-t-il écrit à 4h08.

Envoyé par Steve
 
À Miecret, dans l'entité d'Havelange, plusieurs témoins nous ont signalé des chutes de grêle. "Il y a des dégâts sur les voitures", a précisé Philippe à 3h48. "Le déluge! Nous avons eu très peur", nous a confié une autre personne. "Grêlons de 4 cm de diamètre", nous a affirmé un autre.

Situation similaire à Florennes, où la grêle a réveillé les habitants en sursaut. "Toute la ville et ses environs ont été réveillés par des bruits énormes et surtout une grosse frayeur. Des grêlons comme des balles sont tombés par milliers. Un ciel illuminé, pire que par des stroboscopes. Un grand vent, des quartiers sans électricité...", a décrit Nat à 2h58, ajoutant une photo à son message:

Les pompiers de la zone Dinaphi ont été sollicités à près de 200 reprises dans la nuit de jeudi à vendredi en raison de puissants orages, a indiqué le porte-parole de la zone, Gilles Boonen. Les premiers appels liés à ces orages ont eu lieu vers 2h10 et concernaient les communes de Walcourt et Florennes. "On a eu une centaine d'appels en très peu de temps pour des arbres sur des routes, des routes inondées, des avaloirs bouchés ou encore des parties de toiture arrachées. Le toit d'une habitation s'est même entièrement envolé à Walcourt. On peut parler d'une mini tornade".

Une seconde vague d'interventions a eu lieu vers 3h00 dans les communes d'Havelange, Ciney, Hamois, Dinant et Yvoir. "Il s'agissait plus d'arbres et de fils sur les routes et d'inondations", a encore précisé Gilles Boonen. Certaines de ces chutes d'arbres et de fils électriques se sont produites sur des axes routiers comme la N4 à Ciney ou Emptinne (Hamois) et ont nécessité l'intervention rapide des pompiers. Vendredi matin, les hommes de la zone Dinaphi étaient toujours à pied d'œuvre. Les orages n'ont par ailleurs fait aucun blessé.

La commune de Mettet a été particulièrement touchée par les orages violents, a indiqué le colonel Marc Gilbert des pompiers de la zone Val de Sambre. La pluie et le vent ont été responsables de nombreux dégâts dans la commune. Des dégâts de toiture, des corniches percées ou encore des routes inondées ont été constatés. De nombreux arbres sont également tombés sur les câbles électriques, précise le colonel.

À Mettet toujours, un cheval a perdu la vie, coincé dans son enclos inondé, tandis que des bus de l'entrepôt de Saint-Gérard n'ont pas pu sortir directement vendredi matin à la suite d'arbres encombrant la route.

Dans le Brabant wallon

Contrairement à d'autres régions du pays, le Brabant wallon a été peu touché par l'orage qui a traversé son territoire. Les pompiers wavriens sont néanmoins intervenus, vendredi matin vers 2h45, dans une propriété située le long de l'avenue Adèle, à La Hulpe, où une maison a été frappée par la foudre. Les dégâts sont limités. Trois heures plus tard, les mêmes sapeurs ont été appelés dans l'allée de Clerlande, à Ottignies, où une maison a été affectée par une inondation.
 

Luxembourg: un camp scout évacué à Durbuy

Dans la province du Luxembourg, la météo a provoqué des embarras de circulation sur le rail. "Suite à des orages, un gros arbre s'est renversé sur la voie et a arraché les caténaires juste avant Bomal (en venant de Marloie et en direction de Liège)", nous a écrit Alice. Difficile pour l'instant de confirmer précisément l'information, mais la SNCB indique que les conditions météorologiques rendent la circulation difficile sur la ligne 43, au niveau de Melreux (Hotton), c'est-à-dire dans la même zone évoquée par notre témoin. "La circulation a été interrompue", précise la SNCB.

Un camp scout, situé à Izier (Durbuy) a dû être évacué dans la nuit de jeudi à vendredi, peu avant 04h00, à la suite des fortes intempéries, a-t-on appris auprès du Cozilux, le dispatching central de la zone de secours Luxembourg. Les tentes se sont envolées. Une septantaine de personnes se trouvaient sur ce camp installé au chemin de l'étang. Personne n'a été blessé.

"Les dégât sont assez impressionnants. Une tente-chapiteau a été carrément déchiquetée par la force du vent cette nuit. On est sur les hauteurs de Durbuy, donc l'orage a été plus violent qu'ailleurs. Il y a eu de fortes pluies, des rafales de vent extrêmes, et même des grêlons. Les scouts ont été surpris par la violence des événements, ils ont donc appelé le numéro d'urgence des pompiers. Ils ont décidé d'une évacuation immédiate. La plupart des tentes ici sont détruites. Les scouts ont été évacués pour être relogés dans une salle communale toute proche. Ce matin, les enfants étaient encore sous le choc", a indiqué notre journaliste Quentin Ceuppens, accompagné de notre caméraman Alain Hougardy, dans le RTLinfo 13H.

"Quand vous avez le ciel qui vous tombe sur la tête, vu le jeune âge, ça doit être certainement traumatisant. Ils étaient quand même encadrés par leur accompagnateur et ont été rapidement pris en charge par les différents services, et rapidement mis à l'abris dans une salle communale", a confié Philippe Bontemps, bourgmestre de Durbuy. "C'est quand même un peu paradoxal. Il y a une dizaine de jours, on prévoyait de violents orages. Donc j'avais prévenu tous les camps le matin qu'ils devaient s'organiser et prévoir un endroit pour se réfugier en cas de violent orage. Finalement ça n'avait pas eu lieu. Cette nuit-ci, on n'avait pas prévu des orages d'une telle violence... Ici c'est exceptionnel, il y avait énormément de vent, il y a beaucoup d'arbres tombés. Je comprends que des tentes n'aient pas résisté à la force du vent et à la grêle", a-t-il ajouté.

Quatre minibus des pompiers et de la Protection Civile ont été envoyés sur place pour prendre les personnes en charge et les transporter vers une salle à l'abri à Tohogne. Une cellule psycho-sociale a aussi été mise en place. Par ailleurs, la région de Barvaux et d'Erezée a été fortement balayée par les intempéries ayant causé une quinzaine de chutes d'arbres. Aucun dégât majeur n'est à signaler mais les pompiers étaient toujours mobilisés dans ce secteur vendredi en début de journée.

Vos commentaires