Corruption: Alain Mathot a bien reçu 700.000 euros dans le dossier de l'incinérateur d'Herstal, selon la justice

Alain Mathot a bien reçu 700.000 euros issus de la corruption mise en place dans le cadre de l'attribution du marché de la construction de l'incinérateur de Herstal, ont déterminé vendredi les trois magistrats du tribunal correctionnel de Liège. Bien qu'absent au procès en raison de la non-levée de son immunité parlementaire, Alain Mathot a été décrit comme celui qui avait été corrompu même si, lors de la lecture d'un jugement de 250 pages, les juges ont aussi affirmé qu'il existait un doute sur le fait qu'il avait réellement usé de son influence.


Le tribunal établit que Mathot a bien été corrompu... mais il n'a pas été poursuivi

C'est l'ex-patron de la société Inova France, Philippe Leroy, qui a fait des aveux lors de l'enquête et affirmé qu'il avait remis de l'argent à Alain Mathot pour obtenir son influence et le marché de la construction de l'incinérateur d'Herstal pour le compte de sa société. Alain Mathot a toujours contesté ces faits.

Il n'a pas été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Liège pour répondre des faits, son immunité parlementaire n'ayant pas été levée. Alain Mathot n'a comparu ni en qualité de prévenu, ni en qualité de témoin.

Dans le jugement rendu sur l'affaire, le tribunal a donné du crédit aux déclarations de Philippe Leroy, estimant que ces déclarations avaient été confirmées par les éléments de l'enquête. Le tribunal a déterminé qu'Alain Mathot avait bien été corrompu et qu'il avait reçu de l'argent d'Inova France, par l'intermédiaire de Philippe Leroy. "L'analyse de l'ordinateur d'Alain Mathot n'a pas démontré qu'il avait touché. Mais cela ne signifie pas qu'il n'a pas touché. La thèse de l'implication d'Alain Mathot inventée de toute pièce par Philippe Leroy n'est pas crédible", a estimé le tribunal.

Le tribunal a établi qu'Alain Mathot avait bien reçu 700.000 euros de Philippe Leroy dans le cadre d'une corruption mais souligne qu'il existe un doute relatif au fait qu'il ait réellement usé de son influence. "Il n'est pas démontré qu'il y a eu intervention concrète d'un homme politique dans l'attribution du marché", avait aussi souligné le tribunal plus tôt dans son jugement.

Selon l'analyse du tribunal, l'enquête démontre 13 voyages organisés par Alain Mathot à Paris, certains précédés de contacts téléphoniques avec Philippe Leroy. Les 700.000 euros qui lui ont été remis ont été payés en dix fois. Le tribunal a également relevé que "l'ombre de la famille Mathot" plane sur l'attribution du marché de l'incinérateur de Herstal. Léon-François Deferm, un proche de la famille Mathot, avait pour sa part reçu un million d'euros de ce pacte de corruption. Cet argent constituerait la contrepartie d'une dette de la famille Mathot envers Léon-François Deferm.

Vos commentaires