Australie: Un adolescent entre la vie et la mort dans le centre d'immigration de Nauru

(Belga) Les jours d'un jeune garçon de 12 ans sont en danger alors qu'il est détenu dans un centre australien de détention de demandeurs d'asile établi dans le micro-Etat de Nauru, rapportent les médias australiens jeudi.

L'enfant observe une grève de la faim depuis 15 jours et les efforts pour l'emmener dans un hôpital australien ne progressent pas, affirment des sources médicales sur l'île, qui se sont confiées au média en ligne The Guardian Australia. "Chacun sur l'île sait à quel point c'est grave. Nous avons signalé depuis des mois qu'un enfant va mourir dans de telles circonstances", a ajouté une source. D'autres enfants sont en danger sur l'île, dont un garçon qui a perdu beaucoup de masse musculaire et pourrait ne plus jamais remarcher, ou une petite fille de deux ans dont les parents sont si malades qu'ils ne peuvent pas en prendre soin, écrit encore le média. L'adolescent de 14 ans, qui ne s'alimente ou ne s'entretient plus en raison de sa santé mentale en déclin, et un garçon autiste de huit ans devraient quitter l'île vendredi. Il y a encore 900 personnes, dont 130 enfants, qui sont maintenus dans ce centre d'immigration à Nauru. Presque tous les enfants ont reçu le statut de réfugiés. Le mois dernier, le gouvernement australien a plié aux pressions et a transféré un Afghan, détenu à Nauru depuis cinq ans, pour recevoir des soins palliatifs à Brisbane. La politique migratoire australienne est très stricte, dans l'objectif de dissuader les migrants d'atteindre l'île-continent par bateau. Ceux qui sont interceptés sont placés dans des centres délocalisés dans le Pacifique où leur demande d'asile est traitée, sans qu'ils puissent jamais obtenir de papiers pour l'Australie. Les médias sont très attentifs à ce qui s'y déroule, bien que leur accès soit très restreint. C'est le cas notamment pour le Forum du Pacifique, organisé cette année à Nauru en septembre et où à peine une trentaine de journalistes sont tolérés. (Belga)

Vos commentaires