En ce moment
 
 

Bientôt une vignette pour circuler en Wallonie? "Rien que ça, c'est 100 millions d'euros supplémentaires"

 
 

André Antoine était l’invité de 7h50 au micro de Fabrice Grosfilley. Le député wallon pour Les Engagés (ex cdH) s’est montré très alarmiste sur les ondes de Bel RTL ce jeudi matin. Selon lui, la Wallonie est "aux urgences sur le plan budgétaire", avec une dette globale qui ne cesse d’augmenter. Il est, pour lui, aujourd’hui primordial de réagir rapidement pour éviter l’austérité. Il parle notamment d’une réforme fiscale sur l’automobile pour réaliser 100 millions d’euros d’économie.

Le gouvernement wallon entame ce jeudi son ajustement budgétaire. Par rapport aux prévisions faites lors de la confection de ce budget en fin d’année, il y a un trou de 505 millions d’euros à combler. Une situation catastrophique pour André Antoine qui estime que la Wallonie est "aux urgences sur le plan budgétaire." C’est ce qu’a déclaré le député wallon pour Les Engagés (ex cdH) ce jeudi matin sur les ondes de Bel RTL. Il était l’invité de 7h50 au micro de Fabrice Grosfilley.

Pour réaliser 100 millions d'euros d'économies supplémentaires "sans qu’il n’en coûte aux Wallons", André Antoine parle d’une réforme fiscale sur l’automobile. Un projet qu’il aurait exposé au ministre wallon de la Mobilité Philippe Henry. Cela afin "d’encourager les concitoyens à acheter des véhicules plus propres", dit-il.

Dans cette réforme, le députe wallon pour Les Engagés parle de l’instauration d’une vignette pour tous les véhicules étrangers ainsi que pour les véhicules professionnels. Bref, "pour tous ceux qui empruntent nos routes sans payer", insiste-t-il, rappelant qu’en France, nous devons payer pour circuler sur les autoroutes.

Face à cette proposition, la réponse de Philippe Henry l’a laissé sans voix. Ce dernier aurait répondu que comme ce n’est pas un projet inscrit dans l’accord politique, il n’allait pas le faire. "Je ne peux pas accepter qu’un ministre me dise que l’idée est peut-être bonne mais qu’elle n’est pas dans l’accord donc il ne la fera pas (…) Il faut quand même écouter les suggestions que l’on vous soumet", estime l’invité de Fabrice Grosfilley.

L’idée du député ? Une vignette de 50 euros à l’année, intégrée à la taxe de circulation. "Avec un projet, on force la coopération avec Bruxelles et la Flandre." Il souhaite en effet trouver un terrain d’entente entre les trois régions. 


 

Vos commentaires