En ce moment
 
 

Bruxelles lance sa stratégie de sauvetage d'édifices emblématiques de l'après-guerre

Bruxelles lance sa stratégie de sauvetage d'édifices emblématiques de l'après-guerre
 
 

(Belga) Tous les bâtiments bruxellois d'après-guerre pouvant prétendre à intégrer le patrimoine bruxellois seront recensés. Ce travail d'inventaire confié à l'ULB inclura un processus participatif. Il devra être finalisé d'ici la fin de l'année prochaine, a affirmé mercredi le secrétaire d'Etat régional au Patrimoine, Pascal Smet.

L'objectif de cette démarche est de lancer à court terme des procédures de classement pour certains de ces édifices, de lancer un débat sur le patrimoine plus récent et de définir des critères objectifs pour le patrimoine d'après-guerre. Tous les immeubles mis en avant par les Bruxellois.es via la plate-forme créée à cet effet ou dans le cadre de cette étude de terrain seront analysés par des experts de l'ULB et recensés, a-t-il précisé, présentant la stratégie de la Région bruxelloise pour protéger ce type de patrimoine. Il sera notamment tenu compte de l'architecte derrière l'ouvrage en question, des réalisations qui sont typiques d'un certain air du temps, de l'intégration des réalisations dans leur contexte et leur fonction et du caractère homogène des réalisations (comme dans certains quartiers résidentiels). Ce recensement portera également sur des jardins, intérieurs, espaces publics, stations de métro ou ponts. Pascal Smet a présenté sa stratégie pour protéger le patrimoine architectural d'après-guerre dans le cadre de l'emblématique siège moderniste d'ING sur la place Marnix, lequel a obtenu un permis d'urbanisme de la Région bruxelloise pour un vaste projet de rénovation. Cette construction qui figure sur la liste de conservation du patrimoine bruxellois depuis 2021 est une des seules réalisations, en Europe, de l'architecte Gordon Bunshaft qui a conçu le bâtiment dans les années 1950. Selon ING, l'édifice sera adapté au mode de travail hybride. Il deviendra presque neutre en termes de CO2. Une peinture spéciale fera que la façade de 25 mètres de haut absorbe les particules fines. (Belga)


 

Vos commentaires