Contrat de gestion STIB: l'opposition MR/Ecolo-Groen critique l'opacité du gouvernement

(Belga) L'opposition libérale et écologiste au parlement bruxellois a vivement déploré l'adoption proche - sans doute ce jeudi -, du nouveau contrat de gestion de la STIB par le gouvernement bruxellois, à quelques semaines de la fin de la législature. Il s'agit pourtant d'un document qui aura un impact sur la vie quotidienne de tous les usagers de Bruxelles, qu'ils y vivent ou y travaillent. Les investissements consentis lieront le sort de la mobilité des générations à venir, a-t-elle souligné dans un communiqué commun. .

Les députés se voient régulièrement renvoyés à cette "véritable bible de ce qui est demandé à la STIB et de ce qu'elle peut réclamer pendant 5 ans", lorsqu'ils interrogent le gouvernement sur certaines problématiques relatives à la société bruxelloise de transports publics. "En faisant le choix de l'adopter, avec un retard conséquent, en toute fin de législature, le gouvernement commet un double verrouillage démocratique: il empêche tout débat de fond au parlement et se dispense de justifier ses choix devant les élus mais en outre, il menotte le prochain gouvernement qui sera lié à ce texte de dernière minute pendant toute la législature prochaine et ne pourra, c'est une première, élaborer le contrat suivant", a regretté Céline Delforge (Ecolo). Autre critique de l'opposition: le ministre de la Mobilité Pascal Smet (sp.a) n'a pas jugé utile de présenter une évaluation du contrat arrivé à expiration il y a déjà deux ans, au parlement. "Il est désolant de constater qu'in fine, le bureau de consultance qui a été associé à l'élaboration et la rédaction du contrat de gestion entre la STIB et la Région aura eu plus de poids que le parlement dans des choix fondamentaux en termes de mobilité et de finances publiques", a déploré la députée MR Anne-Charlotte d'Ursel. Bruno Delille (Groen) s'est pour sa part insurgé de l'absence de vision claire "d'autant plus que le plan régional de mobilité 'Good Move' dont la co-construction dure depuis de nombreux mois censé donner la vision globale de la mobilité pour les 10 ans à venir devra s'adapter aux lignes définies par le contrat de gestion du principal opérateur de transport public de la capitale. (Belga)

Vos commentaires