En ce moment
 

Jambon recadre Ducarme: les minima d'allocations de chômage restent inchangés

(Belga) Le vice-premier ministre N-VA Jan Jambon recadre le ministre MR de l'Intégration sociale Denis Ducarme qui avait affirmé il y a une semaine sur RTL-TVI que le gouvernement proposera aux partenaires sociaux d'augmenter les minima d'allocations de chômage en utilisant l'enveloppe bien-être. "Non, ce n'est pas ce qui a été décidé", lui répond samedi Jan Jambon dans la Libre.

Le gouvernement a prévu avant les vacances d'accélérer la dégressivité des allocations de chômage moyennant leur augmentation dans la première période d'octroi. La mesure s'inscrit dans le cadre du "jobs deal" qui vise à répondre au problème des métiers en pénurie. Cette dégressivité accélérée implique que le chômeur se retrouve plus rapidement en troisième période de chômage où il ne touche plus qu'un forfait dont le montant varie en fonction de sa situation de famille. Les syndicats ont fermement dénoncé cette mesure car elle plongera, selon eux, les gens plus rapidement dans la pauvreté. Pour un isolé, le montant mensuel du forfait de la troisième période s'élève à 1.031 euros par mois, soit en-dessous du seuil de pauvreté. "C'est très bas et nous en sommes conscients", avait reconnu M. Ducarme. "C'est pour cela que le gouvernement fera la proposition aux partenaires sociaux de revaloriser les allocations de chômage les plus basses", avait-il ajouté. "Non, ce n'est pas ce qui a été décidé", lui répond samedi Jan Jambon. "La dégressivité va s'accélérer après une première période de chômage où les allocations sont augmentées, ça, c'est juste. Mais le montant minimum ne va pas bouger, ni à la hausse ni à la baisse, parce qu'on ne veut pas installer de nouveaux pièges à l'emploi pour les chômeurs de longue durée", précise-t-il. Dans cette interview à La Libre, le vice-premier ministre N-VA souligne l'ambition de son parti de mettre en place le contrôle des revenus des chômeurs de longue durée. "Quels sont leurs revenus réels et les moyens mis à leur disposition ? Parfois, les chômeurs peuvent avoir plusieurs maisons dont ils récoltent les loyers. Les CPAS font déjà ce type de contrôle, en ce qui les concerne", indique-t-il. (Belga)

Vos commentaires