En ce moment
 
 

Jan Jambon prêt pour le confédéralisme: "Il faut préparer le transfert de compétences vers les Régions"

 

Au nord du pays, la fête de la Communauté flamande est célébrée aujourd'hui. Coronavirus oblige, il n'y a pas de grandes festivités ouvertes au public, mais quand même des déclarations, dont cette proposition du ministre-président flamand à propos des négociations fédérales dans la presse flamande le nationaliste Jan Jambon suggère d'avoir deux ministres francophones et flamands à la tête de certains ministères.

Ce samedi 11 juillet, en ce jour de festivités pour la communauté flamande, le ministre-président flamand Jan Jambon n'a pas hésité à rappeler ses fondamentaux avec pour objectif le confédéralisme. Il a même proposé de répartir certaines compétences fédérales à deux ministres: l’un néerlandophone et l’autre francophone.

"Pourquoi? Parce qu'il y a une grande différence entre les deux marchés de l'emploi. En Flandre, nous avons l'ambition d'évoluer vers un taux d'emploi de 80%. La Wallonie, à ce moment-ci, est à 60%. Donc les défis pour les deux gouvernements sont tout à fait différents", a expliqué Jan Jambon à notre micro.

Je pense que le PS doit faire une politique de travail en Wallonie comme on le ferait en Flandre

C'est également une occasion de rappeler que les souhaits des socialistes francophones divergent avec ceux des nationalistes flamands. "Je pense que le PS doit faire une politique de travail en Wallonie comme on le ferait en Flandre, je ne pense pas que cela les intéresserait. La Wallonie vote à gauche et choisit un autre modèle que la Flandre", a précisé le ministre-président flamand.

Pour Jan Jambon, les défis sont aussi différents en matière de soins de santé. Le ministre-président flamand n'a d'ailleurs pas hésité à utiliser une métaphore pour bien faire comprendre la différence. "On a peut-être deux maladies. En Flandre et en Wallonie. Mais ce n'est pas la même maladie, donc on doit avoir des médicaments différents pour les deux communautés", a confié Jan Jambon.

Un autre modèle mais pas question pour autant d'augmenter le nombre de ministres. "Le gouvernement fédéral compte 15 ministres. Je ne veux pas augmenter ce nombre. On parle de répartir les compétences. Il est parfaitement possible d'avoir un ministre de l'Emploi qui rédige une note gouvernementale pour les néerlandophones d'une part et les francophones d'autre part", a-t-il ajouté.

Réaction de la Première ministre

Pour ce jour de festivités, la Première ministre s'est aussi prononcée sur cette proposition. "Je ne pense pas que ce soit nécessaire et je ne le mettrai personnellement pas sur la table", a répondu Sophie Wilmès. Les prochaines négociations pour former un gouvernement risquent donc d'être encore plus compliquées.

 

Vos commentaires