En ce moment
 
 

L'Afrique du Sud pourrait connaître son propre "printemps arabe", met en garde Thabo Mbeki

L'Afrique du Sud pourrait connaître son propre "printemps arabe", met en garde Thabo Mbeki
 
 

(Belga) L'ex-président sud-africain Thabo Mbeki a averti jeudi que son pays était assis sur une bombe à retardement et pourrait faire face à un soulèvement semblable à celui du "printemps arabe" déclenché par une révolte sociale.

Mbeki, qui a succédé en 1999 à l'icône de la lutte contre l'apartheid Nelson Mandela, a déclaré que l'Afrique du Sud était confronté à des niveaux insoutenables de pauvreté et de chômage. "L'une de mes craintes, camarades, c'est que l'un de ces jours, nous (...) allons avoir notre propre version du printemps arabe", a déclaré M. Mbeki lors d'un service commémoratif en l'honneur de Jessie Duarte, la secrétaire générale adjointe de l'ANC (Congrès national africain), décédée d'un cancer durant le week-end. Le facteur déclenchant du "printemps arabe" a été le suicide par immolation d'un vendeur de rue tunisien, Mohamed Bouazizi, harcelé par la police en Tunisie. Sa mort a marqué le début d'une révolte nationale qui a conduit à la fuite en exil du dictateur Zine el-Abidine Ben Ali et déclenché les soulèvements du "printemps arabe" en 2011. "L'une de mes craintes est qu'un de ces jours, cela nous arrive", a déclaré M. Mbeki qui a quitté ses fonctions en 2008. "Vous ne pouvez pas avoir autant de chômeurs, tant de pauvres, de personnes confrontées à cette anarchie", et des dirigeants "corrompus", a-t-il déclaré. "Un jour, ça va exploser", a-t-il déclaré lors du service commémoratif organisé à l'hôtel de ville de Johannesburg. Mbeki a critiqué le gouvernement du président Cyril Ramaphosa pour son absence de plan national de lutte contre la pauvreté, les inégalités et le chômage, qui s'élève à plus de 34,5 %, et le chômage des jeunes qui avoisine 64 %. M. Ramaphosa était absent au service commémoratif auquel assistait son adjoint David Mabuza. (Belga)


 

Vos commentaires