En ce moment
 
 

L'AWSR inaugure officiellement son service d'évaluation d'aptitude à la conduite

(Belga) Jeudi, l'Agence wallonne pour la Sécurité routière (AWSR) a officiellement inauguré son Département aptitude à la conduite (DAC) pour personnes souffrant d'une diminution fonctionnelle. La cérémonie a eu lieu à Jambes, où se trouve son siège.

En 2011, lors de la 6e réforme de l'Etat, l'évaluation de l'aptitude à la conduite a été transférée du fédéral aux Régions. Du temps a toutefois été nécessaire pour formaliser ce transfert, et c'est seulement en mai dernier qu'il est devenu une réalité, au travers de l'AWSR. Lancé en mai, le DAC est installé chaussée de Liège, à Jambes. Il comprend aussi une vingtaine d'antennes, réparties dans les différentes provinces wallonnes. Son rôle est d'évaluer l'aptitude à la conduite de conducteurs (ou futurs conducteurs) qui, suite à un accident, une affection médicale, une maladie ou aux effets de l'âge, présentent une diminution de leurs capacités fonctionnelle motrices, cognitives, psychiques et/ou sensorielles, susceptibles d'impacter leur aptitude physique ou mentale et leur habileté à la conduite d'un véhicule motorisé. Plus pratiquement, il s'agit notamment de personnes handicapées ou de malades souffrant d'une affection neurologique, du diabète ou encore d'épilepsie. L'évaluation est totalement gratuite pour les candidats et elle est réalisée sur base d'un avis médical préalable. Elle concerne à la fois les véhicules de catégories A et B. Pour valider l'aptitude à la conduite, le DAC est constitué d'une équipe pluridisciplinaire composée de médecins, de neuropsychologues et d'ergothérapeutes experts en adaptation de véhicule. Les candidats sont évalués sur base de différents examens et de tests pratiques sur route, avec des véhicules adaptés. "La mission du DAC est de trouver l'équilibre entre les besoins de mobilité du candidat, son autonomie et sa sécurité, ainsi que celle de ses passagers et des autres usagers de la route", a expliqué l'AWSR. "Ils reçoivent majoritairement une décision positive, moyennant un éventuel aménagement de leur poste de conduite ou des conditions d'usage." Pour les voitures, les adaptations les plus courantes sont le placement d'une boule au volant, d'un siège spécifique, d'un accélérateur et d'un frein au volant ou d'une pédale d'accélérateur placée à gauche de la pédale du frein. Le conducteur peut aussi se voir imposer de ne pas circuler la nuit, au-delà d'une zone définie ou sur autoroute. Certains candidats doivent passer les tests de manière périodique, en fonction de leurs difficultés. Depuis mai, le DAC a délivré 392 attestations d'aptitude, tandis que 22 candidats ont été déclarés inaptes à la conduite. Un peu plus de 350 dossiers sont encore en cours de traitement et de nouvelles demandes arrivent tous les jours. (Belga)

Vos commentaires