Le CD&V crée la polémique avec un juif ultra-orthodoxe sur sa liste à Anvers: l'homme affirme qu'il refuse de serrer la main à une femme

Le CD&V crée la polémique avec un juif ultra-orthodoxe sur sa liste à Anvers: l'homme affirme qu'il refuse de serrer la main à une femme

La décision du CD&V d'avoir octroyé la 9e place sur sa liste anversoise, pour les élections communales d'octobre prochain, à Aron Berger, un juif ultra-orthodoxe, suscite des critiques, y compris au sein du parti.

C'est que l'homme a déjà affirmé qu'il respecterait ses principes religieux, dont l'abattage rituel des animaux et le refus de serrer la main à une autre femme que la sienne. Selon lui, le CD&V ferait preuve de respect à cet égard. "Celui qui ne veut pas serrer la main à une femme n'appartient pas à une liste @cdenv car c'est en contradiction avec les valeurs de base du parti", a toutefois tweeté le parlementaire CD&V Hendrik Bogaert.

"De préférence, il ne devrait pas y avoir sur une liste CD&V d'homme qui ne veuille pas serrer la main à une femme. Personnellement, ça me pose problème", a pour sa part indiqué la députée Els Van Hoof, mardi matin, sur les ondes de la VRT.


"Nous avons lutté pour ça"

La présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten, a elle aussi réagi. "L'égalité entre homme et femme dépasse n'importe quelle croyance. Sans distinction. Nous avons lutté pour ça. Les hommes et les femmes, ici, travaillent ensemble, vivent ensemble, font du sport ensemble, prennent le bus ensemble et se serrent la main", a-t-elle déclaré.

"Il s'agit d'un recul pour le droit des femmes", a de son côté affirmé la secrétaire d'Etat à l'Egalité des chances, Zuhal Demir (N-VA). "Ce qu'il se passe à Anvers est un choix du CD&V anversois. Mais je ne serais pas satisfaite d'être dans un parti qui met ainsi en vitrine une inégalité entre les hommes et les femmes", a-t-elle assuré.

Enfin, la ministre fédérale du Budget, Sophie Wilmès (MR), a elle aussi profité de Twitter pour s'insurger. "Refuser de serrer la main à une femme, de s'assoir à côté d'elle dans un bus ou ailleurs sont des attitudes que l'on ne peut promouvoir ou accepter, sous aucun prétexte#électoralisme#çasuffit#genderequality#élections2018", a-t-elle écrit.


Le parti ne s'exprime pas très clairement

Reste que la tête de liste du CD&V à Anvers, Kris Peeters, n'a pas encore confirmé l'information, assurant qu'il donnera plus d'explications sur la formation de la liste mercredi lors d'une visite auprès d'institutions juives de la métropole. Mardi matin, il a cependant tweeté: "chaque candidat de la liste respecte l'égalité entre les hommes et les femmes". Interrogé mardi soir par la VRT, au cours de l'émission Terzake, le chef de file des démocrates-chrétiens flamands n'a pas caché avoir été "surpris" par les réactions suscitées par la candidature d'Aron Berger. Pour Kris Peeters, M. Berger est "un homme aimable, sage et motivé" qui veut s'engager en politique et n'a pas encore eu l'occasion de s'expliquer en détail. Il a dit partir du principe qu'Aron Berger fera clairement savoir qu'il ne soutient plus un certain nombre de ses anciens propos.

Quant au président des chrétiens-démocrates flamands, Wouter Beke, il s'est abstenu de tout commentaire. Le parti, lui, a tweeté: "le respect et l'égalité entre les hommes et les femmes restent pour le CD&V des valeurs élémentaires. Aucune ambiguïté ne peut subsister sur ce point."

Vos commentaires