Motion à Liège en faveur de la fermeture immédiate de Tihange 2 et Doel 3

(Belga) Le conseil communal de Liège a voté lundi soir une motion réclamant la fermeture immédiate des réacteurs nucléaires de Tihange 2 et Doel 3, vu "la multiplication des informations alarmantes" à leur sujet, ainsi que le respect du calendrier prévu pour la sortie du nucléaire, à savoir 2025.

C'est un texte initialement présenté par le conseiller Vega François Schreuer qui, après avoir fait l'objet d'amendements de la part d'autres groupes, a été voté par le conseil communal de Liège. On y met en évidence "les mises en garde répétées venant d'experts indépendants, notamment de techniciens électronucléaires sur les risques du prolongement de la vie des centrales estimant que la probabilité d'un accident nucléaire majeur en Europe est loin d'être négligeable", ainsi que le fait qu'un accident nucléaire majeur toucherait au minimum 1 million de personnes dans la région liégeoise. Par ailleurs, ce texte souligne les inquiétudes exprimées par différentes autorités publiques hollandaises, allemandes ou luxembourgeoises ainsi que les démarches ayant été entreprises, comme la décision prise par le conseil communal de la ville de Maastricht d'entamer des procédures judiciaires contre la centrale nucléaire de Tihange. Le conseil communal de Liège considère, en outre, que le maintien du nucléaire constitue un obstacle au développement des filières de l'énergie renouvelable. Le conseil relève également que sa précédente interpellation à destination du gouvernement fédéral, lui demandant de mettre en œuvre toutes les mesures utiles pour vérifier la sureté maximale des installations de Doel 3 et Tihange 2 et les fermer en cas de manquements, est restée sans réponse. Au vu des craintes exprimées vis-à-vis de ces réacteurs, tous les groupes se sont prononcés en faveur du respect du calendrier prévoyant la sortie du nucléaire en 2025 et de la fermeture sans délai des réacteurs nucléaires de Tihange 2 et Doel 3 présentant des failles, à l'exception du groupe MR qui s'est abstenu. Tout en plaidant également pour le respect du calendrier, Christine Defraigne, cheffe de groupe MR, a en effet considéré qu'il conviendrait de procéder à des auditions de manière à ce que le conseil soit suffisamment éclairé sur un sujet "aussi sérieux" que celui-ci. Le libéral Michel Peeters n'a néanmoins pas suivi son groupe et a voté contre cette motion. S'il n'a pas justifié son vote, il a assuré que cela n'est pas lié à sa fonction au sein du cabinet du Premier ministre Charles Michel. (Belga)

Vos commentaires