En ce moment
 
 

Pierre Harmel est décédé

Infatigable artisan de la paix des Belges, Pierre Harmel est mort dimanche à l'âge de 98 ans. Homme d’ouverture et de compromis, ce grand acteur politique a marqué de son empreinte tant la Belgique que l'Europe.

Comte et ministre d'Etat, Pierre Harmel a été de presque tous les grands événements à partir de la fin de la deuxième guerre mondiale jusqu'au milieu des années 70. Selon La Libre Belgique, ce grand acteur politique est décédé dimanche à Bruxelles. Il avait 98 ans. Ancien Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, il n’avait jamais dissimulé ses racines chrétiennes tout en respectant les valeurs laïques.

> VIDEO: SA DERNIERE INTERVIEW

Né à Bruxelles, Pierre Harmel a passé une bonne partie de sa vie à Liège. Docteur en droit et licencié en sciences sociales et en notariat, il a lentement grimpé les échelons au sein du Parti social-chrétien (PSC). Entre 1950 et 1973, il a été de tous les gouvernements. Il fut notamment, au niveau national, avec André Molitor, l'artisan du pacte scolaire de 1958.

Un de nos meilleurs chefs de la diplomatie

En 1965, il s'est retrouvé au 16 rue de la Loi, mais son gouvernement social-chrétien-socialiste ne vécut que six mois. Cette mauvaise expérience en tant que Premier ministre n'a pas plombé pour autant sa carrière. Bien au contraire. Pierre Harmel allait rebondir en endossant le costume de ministre des Affaires étrangères. Un poste clé qu'il a assuré avec brio, au point de devenir l'un de nos meilleurs chefs de la diplomatie.

Harmel a atteint une renommée internationale en devenant le père de ce qu'on a appelé la "doctrine Harmel", prônant la fermeté dans le dialogue dans les relations est-ouest. Il s'est encore distingué à l'OTAN, où il fit accepter un plan de relance atlantique.

Un Européen convaincu

Il a également joué un rôle actif au niveau de l'intégration européenne et a d'ailleurs, en 1980, obtenu la médaille d'or "Robert Schuman" de la fondation "Freiherr von Stein" pour sa "contribution exceptionnelle à la cause de l'unité de l'Europe".

Après avoir encore présidé le Sénat, Pierre Harmel se retira discrètement du monde politique, tout en continuant à y jeter un oeil averti. Dans toutes les circonstances de sa vie, il resta égal à lui-même: un homme humble et respectueux d'autrui. Même définitivement retiré des affaires publiques, il continua à adopter une attitude de sage.


Vos commentaires