Remplacement des F-16 - Le ministre Vandeput ne songe pas à démissionner

Remplacement des F-16 - Le ministre Vandeput ne songe pas à démissionner

(Belga) Une semaine après le déclenchement de l'affaire concernant le remplacement des F-16 de l'armée belge, le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) ne songe pas à démissionner, a-t-il déclaré lundi soir dans l'émission Terzake de la VRT. "Je ne pense pas à démissionner. Je ne suis pas quelqu'un qui fuit les problèmes", a-t-il déclaré.

La semaine dernière, une étude du fabricant des F-16 Lockheed Martin mettait en évidence le fait que ces avions militaires pouvaient encore voler six ans supplémentaires. Plusieurs membres importants de l'armée auraient caché cette information au ministre de la Défense, qui s'est du coup retrouvé sous le feu des critiques de l'opposition. M. Vandeput ne songe malgré tout pas à démissionner. "J'aurais pu partir. Mais j'ai entamé la reconstruction de la Défense. J'ai démarré ce projet et je compte bien le poursuivre", a-t-il ajouté. Plus tôt dans la journée, plusieurs médias ont indiqué que le CD&V, partenaire dans la majorité fédérale, réclamait une étude indépendante afin d'examiner tous les rapports concernant la durée de vie des F-16. Il s'agit d'une étude réclamée par le gouvernement à la Défense en 2015 et des deux études de Lockheed Martin mises en lumière par la sp.a (opposition). Les socialistes flamands se sont montrés satisfaits. "Nous appelons la Commission de la Défense à procéder immédiatement à l'analyse de la note de la Défense de 2015 et des deux études de Lockheed Martin sur l'allongement de la durée de vie des F-16 de 2017 et 2018", a déclaré le député sp.a Dirk Van der Maelen. Pour Groen, il est clair que "la suspension de la procédure d'achat est devenue inévitable". (Belga)

Vos commentaires