Scandale des visas humanitaires au sein de la N-VA: Théo Francken devra rendre des comptes pour deux raisons

Un choix politique discutable, et un manque de réaction face à des rumeurs: l'ancien secrétaire d'Etat a beau être partie civile, il n'en reste pas moins en partie responsable des actes commis par un conseiller communal N-VA.

Théo Francken est en mauvaise posture suite à cette affaire de visas humanitaires. Un scandale impliquant un conseiller communal N-VA de Malines, suspendu depuis par son parti. Melikan Kucam aurait reçu d'importantes sommes d'argent pour avoir permis à des réfugiés syriens et irakiens de voyager en Belgique avec un visa humanitaire.

Théo Francken était alors secrétaire d'Etat à l'asile et la migration. Il s'est constitué partie civile, se dit choqué par cette affaire, mais devra très certainement rendre des comptes. Pour deux raisons.

Le "choix politique" de Théo Francken

D'abord, parce qu'en tant que secrétaire d'Etat, il était responsable de la politique d'asile. Et la façon dont le statut de réfugié est organisé.
Pour l'attribution des visas, l'idée de passer par des intermédiaires, comme l'était Melikan Kucam, est un choix politique. Un choix assumé par Théo Francken.

Mais un choix dénoncé aujourd'hui par son successeur, Maggie de Block, au sein du gouvernement démissionnaire. Plusieurs formations politiques demandent aujourd'hui aussi un débat sur le pouvoir du secrétaire d'Etat à l'asile, à l'avenir. Ils remettent en cause son pouvoir discrétionnaire, le fait qu'il puisse trancher dans des dossiers individuels, en lieu et place de l'administration.

Les "rumeurs"

Et puis, si Theo Francken devra rendre des comptes, c'est aussi parce qu'il a reconnu hier qu'il avait entendu des rumeurs d'irrégularités dans l'attribution des visas humanitaires. Et il n'a pas fait vérifier ces allégations. Ses adversaires politiques lui reprochent donc une sorte de défaut de prévoyance.

Au passage, notons que les dérives de ce conseiller communal N-VA ne s'arrêtent peut-être pas là. On le soupçonne d'avoir également attribué des logements sociaux de façon injuste, irrégulière, faisant profiter certains ressortissants étrangers de priorité dans les attributions.

La Ministre flamande du logement, N-VA elle aussi, a annoncé l'ouverture d'une enquête.

Vos commentaires