En ce moment
 

Soutien unanime du parlement francophone bruxellois à l'installation de stéribornes

(Belga) Le parlement francophone bruxellois a donné vendredi son feu vert, à l'unanimité des 60 députés présents (sur 72), au principe de l'installation, dans la capitale, de bornes d'accès à du matériel stérile d'injection avec comme objectif l'amélioration de la situation sanitaire des usagers de drogue. Ce principe a été coulé dans le marbre d'une proposition de résolution déposée à l'initiative de Julien Uyttendaele (PS).

Selon l'élu socialiste, l'installation de stéribornes permet, au-dela de l'aspect sanitaire, de réduire les nuisances, l'insécurité et le sentiment d'insécurité dans les quartiers où la consommation de rue a pris une place importante. D'un examen sur le terrain, à Paris, il ressort, selon lui, que l'expérience française vécue dans la moitié des départements du pays, a prouvé son efficacité, notamment par la réduction drastique du nombre de seringues abandonnées sur la voie publique. Sur le plan sanitaire, 50 à 80% des usagers de drogues par injection contractent l'hépatite C, généralement lors de leur première année de consommation. "Or, un seul traitement contre l'hépatite C coûte 70.000 euros: avec ce montant, ce sont 50.000 packs d'injection stérile qui pourraient être distribués", a-t-il souligné en séance plénière, vendredi. Pour la cheffe du groupe socialiste, Catherine Moureaux, médecin de formation, les stéribornes permettront aussi d'engager un processus d'accompagnement avec les usagers. Des permanences seront, selon elle, organisées devant chacune de ces bornes pour enclencher un processus de "démarginalisation" avec des usagers qui ne fréquentent pas les services habituels. Actuellement, deux comptoirs d'échange officiels permettent au consommateur de disposer de matériel stérilisé gratuitement, à Bruxelles: les ASBL Transit et Dune. Près de 123.000 seringues ont été distribuées au cours de l'année 2017, contre 116.698 en 2016 selon l'ASBL Modus Vivendi. L'étape suivante du processus visant à concrétiser la décision de principe sur le terrain porte sur le définition des lieux où installer les stéribornes, est-il ressorti des intervenants cdH, MR et Ecolo dans le débat. Une autre étape consisterait à créer des salles de consommation à moindre risque. C'est souhaité, en tout cas par Julien Uyttendaele qui annonce une initiative parlementaire à ce sujet, tout comme Ecolo, qui a déposé avec Groen une proposition visant l'encadrement et le soutien du secteur de la réduction des risques. Celle-ci permettrait, selon Zoé Genot, la création de ces salles de consommations. (Belga)

Vos commentaires