En ce moment
 

Theo Francken comparé à Donald Trump pour sa "manipulation odieuse" d'une photo de Catherine Moureaux

Une Moureaux pas encore totalement de retour à la tête de Molenbeek mais déjà la cible des nationalistes flamands.

Il y a 2 jours, le ministre de l'Intérieur Jan Jambon avait réagi avec virulence aux critiques formulées par Catherine Moureaux sur le plan canal (des unités anti-terroristes présentes dans certaines communes sensibles de Bruxelles). Des critiques qui ont été sorties de leur contexte et amplifiées par un journaliste flamand et qui ont mis le feu aux poudres.

Dans la foulée, hier, c'est le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration Theo Francken qui a attaqué la potentielle future bourgmestre PS de Molenbeek sur Twitter.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.


Trois publications liées à la photo ci-dessus qui montre la fête de victoire de l'élue PS au soir des élections. "Le futur modèle social du PS résumé en une photo." "Le plan canal au canal, le plan jihad sur la table. Où sont les femmes?" "C'est la future bourgmestre de Molenbeek. Toutes les autres femmes ont dû rester à la maison. Voilà pourquoi le socialisme est mort en Europe."

Au micro de Loïc Parmentier, Catherine Moureaux a réagi à ces provocations. "Je suis le bouc émissaire évident, sans se préoccuper aucunement de la réalité puisque Theo Francken, quand il me critique sur cette photo, a déjà eu l'occasion, et je ne doute pas qu'il l'ait fait, de prendre connaissance de l'article du journaliste qui explique bien que il faut remettre cette photo dans son contexte et qu'il y avait énormément de femmes présentes à ma victoire. Et donc c'est une manipulation odieuse qui fait ressembler pour moi Theo Francken à Donald Trump."

Pour elle, c'est simplement la campagne électorale de la N-VA qui continue, et qui reprend avec Molenbeek là où elle s'était arrêtée avec son père Philippe Moureaux. "La N-VA tout d'un coup trouve une espèce de punching-ball extraordinaire en ma personne. Et je pense qu'ils espèrent que je sois leur sparring-partner (partenaire d'entrainement dans certains sports, comme la boxe, ndlr) pour la prochaine élection en Flandre. Ils espèrent quelque part que retaper sur Molenbeek, retaper sur Moureaux, va les faire remonter auprès de leur électorat."

Vos commentaires