Veviba: l'Afsca se défend plus qu'elle ne se remet en cause, regrette Ecolo

Veviba: l'Afsca se défend plus qu'elle ne se remet en cause, regrette Ecolo

(Belga) L'Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire (Afsca) a plutôt tenté de justifier son action auprès de Veviba qu'essayé de comprendre ce qui n'allait pas chez elle, a souligné lundi la présidente de la Commission Santé de la Chambre, Muriel Gerkens (Ecolo), à la lecture du rapport transmis au parlement.

"Le rapport démontre une attitude défensive de l'Afsca et non une attitude introspective. Après la fraude détectée au Kosovo, ils ne semblent pas se dire qu'il faudrait aller voir de plus près ce qu'il y a dans les frigos de Veviba", a expliqué Mme Gerkens. Aux yeux de la députée, le rapport démontre aussi le manque de moyens dévolus à l'Agence et la nécessité de transférer sa tutelle vers la Santé. "Tant les ministres Borsus que Ducarme ont mis l'accent sur le rôle de l'Afsca dans l'exportation. Le rapport dit clairement qu'il en est résulté un manque de moyens", dénonce la députée. Ces dernières années, les ministres de l'Agriculture ont porté une "grande attention" à l'exportation ainsi qu'à l'accompagnement des opérateurs du secteur, "et les moyens ont été mobilisés à cet effet", dit l'Afsca. "Cette mobilisation a été de pair avec les mesures de restrictions budgétaires et en personnel", ajoute-t-elle. Entre 2014 et 2018, le nombre d'agents est passé de 1.161 équivalents temps plein à 1.062 ETP. "L'Agence a dans la mesure du possible essayé de compenser les diminutions du personnel par des augmentations d'efficience, mais il y a néanmoins aussi une diminution des missions effectuées", dit le rapport. Dans le cadre du budget 2018, l'Afsca avait demandé des moyens pour renforcer son unité d'enquête. (Belga)

Vos commentaires