En ce moment
 

"Femme au volant, mort au tournant": c'est FAUX! En voici les preuves...

Pour tordre le cou à un vieux cliché sexiste sur les routes, l'Agence wallonne pour la sécurité routière, la formule qui se vérifie, c'est "Femme au volant, sécurité au tournant". Sébastien Prophète et Alain Hougardy l'ont montré dans le RTL info 13 heures.

Laurence comptabilise 23 années de conduite et 3 accidents de la route, "le type d'accident qui peut arriver à n'importe qui, homme ou femme", explique-t-elle.

Les idées reçues ont la dent dure lorsqu'on en interroge certains hommes en rue : "Si je vous dis : 'femme au volant'", interroge notre journaliste. "Danger au tournant", répond directement un homme.

"On l'entend, mon mari me le dit aussi, mais je pense que c'est faux, dit une automobiliste, les femmes conduisent très bien".

Et les statistiques du service public fédéral économie lui donnent raison. Entre 2014 et 2016, 2 conducteurs sur 3 impliqués dans un accident corporel étaient des hommes, 4 sur 5 en ce qui concerne les accidents mortels.


 
 

"Les femmes sont moins sottes que les hommes"

"L'idée reçue 'femme au volant, mort au tournant' ne se vérifie absolument pas dans les faits et dans les statistiques", confirme Belinda Demattia, porte-parole de l'Agence wallonne pour la sécurité routière.

En vérité, beaucoup d'hommes le savent très bien : "C'est une idée qu'on a et qui est préconçue parce qu'en fait, les femmes sont moins sottes et plus responsables au volant que les hommes", dit un conducteur. "C'était dans le temps, c'était pour que les hommes aient le pouvoir", confirme un autre. "Mon épouse conduit certainement aussi bien que moi", ajoute un troisième.


Le rôle joué par la testostérone

La gente féminine serait en effet bien plus prudente. Contrôlés après un accident corporel, les hommes sont 3 fois plus nombreux que les femmes à être sous l'influence de l'alcool. Mais un autre élément permettrait aussi d'expliquer cette différence de comportement au volant.

stat3

"Il y a des chercheurs qui mettent en avant une raison biologique à cette différence, en se basant sur le fait que la testostérone joue un rôle sur la prise de risque et les comportements agressifs", explique encore Belinda Demattia.

L'Agence wallonne pour la sécurité routière adresse donc un message aux conducteurs masculins: qu'ils s'inspirent des dames pour la sécurité de chacun.

Vos commentaires