En ce moment
 
 

"Il faut toujours aller plus vite!": une employée de BPost dénonce "une course à la rentabilité" (vidéo)

Les travailleurs de BPost sont en grève depuis hier soir. Ils dénoncent des conditions de travail intenables. Une employée de l'entreprise se confie dans le RTL INFO 19h. Celle qui œuvre depuis 18 ans, décrit une cadence infernale.

Celle que nous appellerons Lou a décidé de témoigner visage caché et voix modifiée. Selon elle, la plupart des employés ont peur de perdre leur emploi s’ils parlent.

"Que ce soit en distribution ou en collecte, nous devons toujours accélérer le pas. Il faut toujours aller plus vite. Par exemple, en collecte, les agents doivent faire des excès de vitesse pour pouvoir être à l'heure chez leurs clients. Et s'il y a excès de vitesse, bien évidemment, c'est l'agent qui doit payer", explique Lou. Selon elle, le personnel doit également faire face à une charge de travail de plus en plus importante. Elle dénonce une "course à la rentabilité devenue insupportable". 

"Avec le GeoRoute, une tournée a pratiquement doublé de volume. Imaginez le poids que ça fait. Avant, le facteur distribuait tout de qui était 'courrier'. Depuis le fameux Georoute, on a eu des tournées beaucoup plus longues, donc un surplus de poids sur le dos. On a des kilomètres en plus à faire", explique-t-elle.


"C'est l'enfer !"

Avant d'ajouter: "On a le même temps pour livrer un colis de vêtements, ce qui va nous prendre deux secondes et qui ne sera pas trop lourd, que pour livrer un micro-ondes ou un vélo"

Lorsque des employés ne sont pas capables de prester leur journée, ils ne seraient pas remplacés, toujours selon les dires de cette employée interviewée. "Il y a des services où l'agent est malade pour des raisons X ou Y. Et à ce moment-là, ce sont ses collègues qui touchent sa tournée et qui vont avoir des suppléments à faire. C'est souvent le cas. A ce moment-là, il y a des heures supplémentaires qui ne sont pas toujours remises au facteur car il y a des problèmes de ce côté. Il faut toujours être constamment aux aguets sur sa fiche de paie. C'est l'enfer", souligne Lou. 

Dépressions, maladies, abandons… Selon des travailleurs, l’entreprise va beaucoup trop loin dans la course à la rentabilité.


La grève chez Bpost a déjà débuté

Des piquets de grève ont donc été installés dans les centres de tri de bpost de tout le pays mardi à 22h00. L'action, en front commun syndical, durera 24 heures et sera suivie d'autres mouvements au sein de l'entreprise postale.

De leur côté, syndicats et direction de bpost poursuivront les négociations jeudi. La direction espère arriver à un accord définitif "d'ici les prochains jours", afin que le service puisse reprendre normalement. "Nous comprenons qu'il y a de l'inquiétude au sein de l'entreprise et nous voulons y prêter attention, mais l'impact de la grève est important pour nos clients et les citoyens", a déclaré le CEO Koen Van Gerven. "Il est donc essentiel que nous poursuivions les négociations pour parvenir à un bon accord pour tous les partenaires, un accord qui soit positif pour nos collaborateurs et nos clients".

Vos commentaires