En ce moment
 
 

11 agressions en l'espace de 10 jours: les agents qui assurent la sécurité sur le rail en ont ras le bol (vidéo)

 
 

Lundi, les agents Securail ont manifesté leur mécontentement à la gare du Midi à Bruxelles. C'est principalement dans la capitale que des agressions physiques et verbales ont lieu. Il s'agit vraisemblablement de passagers agacés par les mesures sanitaires.

Les agressions verbales, mais surtout physiques, se multiplient contre les agents du rail. Christian a vu plusieurs de ses collègues de Securail finir à l’hôpital. "Lorsqu'il y a des violences, le temps qu'on réagisse afin de mettre la personne en rétention ou la menotter, il est déjà trop tard, décrit Christian qui témoigne à visage dissimulé. Ca va trop vite: on se retrouve plaqué au sol avec plein de gens qui nous sautent dessus. Comme on est des équipes de deux, eh bien le collègue essaie d'appeler les secours, du renfort, et entre temps, on reçoit des coups partout".  

En cause notamment, selon les agents, l’obligation de respecter les mesures sanitaires, comme le port du masque. "C'est tout le temps des remises en question: "Pourquoi on doit le mettre?", "Ca ne nous protège pas", décrit encore Christian. On doit donc essayer de mettre un terme à ces discussions pour éviter que ça n'engendre une escalade".

En 10 jours, 11 agents de l’effectif bruxellois ont été agressés. Parfois, par des bandes. "On n'a pas vraiment la preuve qu'il y ait des guet-apens ou ce genre de phénomènes, mais dans une intervention où par exemple on demande à intervenir sur des resquilleurs dans un train et qu'on se retrouve avec une bande de 40 personnes sur 4 agents de sécurité, alors oui on peut se poser la question", estime Xavier Martin, syndicaliste CSC Transcom.

Les agents demandent plus d’effectifs, des formations en self défense, ainsi que des bodycams pour assurer leur sécurité.


 




 

Vos commentaires