En ce moment
 

450 emplois supprimés dans les Carrefour Market: le directeur du groupe Mestdagh explique les raisons de cette restructuration

Guillaume Beuscart, le directeur opérationnel du groupe Mestdagh, était invité sur Bel RTL. Il est revenu sur les raisons de la restructuration; le groupe a un retard à rattraper, tout en limitant la casse en termes d'emplois.

C’est un patron d’entreprise à la mine des mauvais jours. Guillaume Beuscart a pris les rênes du groupe Mestdagh il y a 2 mois. Ce matin invité de la matinale, c’est le coup de massue sociale.

"L’entreprise compte environ 2.500 personnes et notre intention est de supprimer à ce stade 450 postes dans le cadre d’une loi Renault", a déclaré le directeur opérationnel du groupe.

Les pertes cumulées s’élèvent à 35 millions d’euros en 6 ans. Arrive alors la stratégie…


Une polyvalence totale des employés

"Il y aura toujours un contact humain dans nos magasins. Bien évidemment, il y aura toujours des caissières", affirme Guillaume Beuscart. Et le directeur d’ajouter : "Je crois qu’il faut que le métier évolue et s’adapte à notre environnement, c’est à dire plus de polyvalence avec des plans de formation adaptés, des plans d’accompagnement qui permettront que quelqu’un qui fait des heures à la caisse puisse éventuellement, quand il y a des disponibilités, faire d’autres choses dans le magasin."



Retard dans les nouvelles technologies

L’autre défi pour le groupe Mestdagh est de rattraper le retard pris dans les nouvelles technologies.

"Justement, ça fait partie des axes stratégiques que nous avons annoncés hier, développement du travail, développement des livraisons à domicile, développement également de la communication digitale, utilisation des bigs datas...", égrène Guillaume Beuscart. "Il faut absolument rattraper notre retard", martèle-t-il.

Un manque d’anticipation mais il ne dira pas un mot sur les responsabilités.

Prochaine étape : direction et syndicat du groupe Mestdgah se revoient le 17 mai prochain.

Vos commentaires