Avoir un accent peut-il nous empêcher de décrocher un emploi ? "Ça dévalorise les gens et les déclasse"

À curriculum vitæ égal, un employeur peut être sensible à notre façon de parler. Ce type de discrimination est bien connu. On appelle cela la glottophobie. Un reportage de Samuel Ledoux et Marc Evrard.

Une langue sans accent, ça n'existe pas. Cela fait partie de la vie quotidienne de millions de personnes à tel point que certains ne s'en rendent même plus compte. "On nous fait souvent remarquer, 'vous venez de Liège vous, ou bien en France, on nous dit 'vous venez de Belgique", confie un passant au micro de Samuel Ledoux. "Je ne l'aime pas, mais je suis obligée de le cultiver, car je ne sais pas faire autrement", précise une dame interrogée.

"Nous, on est fier d'être Liégeois. Quand vous allez à Charleroi ou Bruxelles, ils ont leur accent", détaille un riverain. On associe souvent des clichés à la façon de parler de quelqu'un. "Un accent très régional, qu'il soit un accent ch'ti en France ou un accent wallon ou brusseleir en Belgique, dévalorise les gens et les déclasse. Ce sont des accents qui sont stigmatisés", explique Jean-Marie Klinkenberg, professeur de linguistique à l'ULG.


"On parle de maîtrise de la langue française"

On l'imite, on s'en moque, mais avoir un accent peut être discriminatoire dans la recherche d'un emploi. "On parle de maîtrise de la langue française plutôt que d'accents régionaux ou autres. Donc, là, il y a certaines sociétés qui recherchent des personnes qui maîtrisent la langue française, donc qui en ont une parfaite connaissance d'un point de vue grammatical", précise Florence Mouzon, manager dans une agence de recrutement.


Un capital sympathie

La société actuelle valorise généralement le fait de bien parler. Mais à l'inverse, l'accent peut parfois avoir un charme et donner un capital sympathie. "Loin d'être stigmatisante, la pratique d'un accent local crée un sentiment de solidarité", ajoute Jean-Marie Klinkenberg.

Car finalement, changer d'accent c'est un peu... changer d'identité.

Vos commentaires