En ce moment
 
 

Cérémonie des attentats de Bruxelles: "C'était touchant de voir qu’il y a encore autant de gens qui y pensent"

 
 

Ce lundi, de nombreuses personnes se sont rassemblées à la sortie de la cérémonie pour les commémorations des 5 ans des attentats de Bruxelles. Parmi celles-ci, des victimes que notre journaliste Sébastien Rosenfeld a rencontrées.

Comment les victimes ont-elles vécu cette cérémonie ?

Malgré les restrictions sanitaires actuelles, la solidarité était au rendez-vous aujourd’hui. Il était nécessaire pour les victimes de se rassembler. « Pour moi, venir à la cérémonie c’est surtout pour voir les autres victimes, se prendre dans les bras même si malgré les circonstances ce n’est plus trop possible. Alors, on se fait des signes de mains. C’est émouvant de se revoir » confiait Hang Nguyen.

"Ça fait toujours remonter beaucoup d’émotions. J’ai trouvé cette cérémonie particulièrement émouvante. J’ai beaucoup aimé la chanson avec le piano. La présence du roi, de la reine et des autorités nous a permis de nous dire qu’on ne nous oublie pas. Il y a peut-être des choses qui reste encore à faire et je pense qu’il reste encore beaucoup des choses à faire. Mais ce que je retiens surtout c’est l’émotion, l’amour, la solidarité entre les victimes" continuait la jeune femme.

Des victimes soutenues ? « Au niveau de l’état c’est compliqué. Je suis soutenue par l’association avec laquelle je suis : Life For Brussels. C’est eux qui font toutes les démarches. Je ne travaille plus et je dois avouer que ma mémoire a été touchée. Je vis un peu en dehors de tout ça. » explique Sabine Borgignons.

J’espère pouvoir retravailler un jour

Qu’en est-il du futur ? 5 ans après, les blessures sont toujours présentes. "J’espère pouvoir retravailler un jour. Je faisais un métier manuel et comme ma main a été brûlé au 3ème degré, mon épaule a été touché aussi, je ne sais plus travailler. C’est vers ça que je voudrais aller, refaire quelque chose de manuel comme je le faisais avant" explique Sabine Borgignons, peinée.

On se dit que la vie est courte, que tout peut basculer du jour au lendemain

"On avance du mieux qu’on peut et je pense qu’avec la solidarité qui existe entre les victimes et notamment l’association Life for Brussels qui nous soutient énormément, ça nous aide. Ma vie à complétement changé après les attentats. Tous les jours on vit avec une nouvelle manière de penser les choses, avec des nouvelles priorités, on se dit que la vie est courte, que tout peut basculer du jour au lendemain. On essaie de profiter de la vie du mieux qu’on peut et je pense que c’est le plus bel hommage qu’on puisse rendre à toutes les personnes qui ne sont plus là avec nous malheureusement" nous confie Hang Nguyen 




 

Vos commentaires