En ce moment
 
 

Changement dans le confinement: des visites autorisées sous conditions strictes à des personnes isolées

 
CORONAVIRUS
 

Le Conseil National de Sécurité, réunissant les autorités du pays, a décidé d'assouplir certaines mesures liées à la limitation du coronavirus concernant les maisons de repos, institutions accueillant des personnes handicapées et les personnes vivant seules et ne pouvant se déplacer.

Lors d'une conférence de presse où elle a annoncé le prolongement du confinement jusqu'au 3 mai, la Première ministre Sophie Wilmès a toutefois apporté des exceptions pour le soutien aux personnes seules ou se trouvant dans des maisons de repos ou centres de soins ou pour personnes handicapées. "Nous autorisons également les résidents des structures d’hébergement – c’est-à-dire les maisons de repos et de soins ou les centres pour personnes avec un handicap par exemple – à recevoir la visite d’un proche désigné (...) Cette personne devra toujours être la même. Les maisons de repos se chargeront de l’organisation de ces visites. Ces règles seront aussi d’application pour les personnes qui vivent seules et qui ne peuvent pas se déplacer", peut-on lire dans le communiqué du cabinet de la Première ministre. Ni le résident ni le visiteur ne devront avoir présenté de symptôme au cours des deux dernières semaines.

"Cette règle vaut aussi pour les personnes isolées qui ne peuvent se déplacer", a jouté Sophie Wilmès. "Nous ne pouvons pas négliger les conséquences du confinement sur le bien-être psychologique et certainement pas sur les plus fragiles d'entre nous", a-t-elle déclaré avant de préciser que "cette mesure ne doit pas être prise comme un assouplissement. Les consignes de base restent de mise jusqu'au 3 mai."

> CONFINEMENT 3 MAI: voici tous les changements

"C'est une mesure d'humanité", a déclaré Elio Di Rupo ce jeudi matin sur Bel RTL. "Des personnes âgées meurent seules ou sont seules dans leur chambre sans visite excepté des visites courtes du personnel", a-t-il dit, précisant qu'il ne s'agissait pas d'une obligation et que chaque maison de repos déciderait des modalités. "Il faudra des concertations avec responsables des maisons de repos bien entendu pour que chacun puisse s'organiser", a-t-il poursuivi.

"La priorité des priorités pour les maisons de repos est de procéder au test" a encore déclaré le ministre-président wallon. Rappelant que le gouvernement fédéral avait prévu un peu plus de 66.000 tests pour la Wallonie, il a dit que la Région en demandait beaucoup plus. "On espère les obtenir dans les prochaines semaines", a-t-il ajouté.

 




 

Vos commentaires