En ce moment
 
 

Coronavirus: vous revenez de vacances d'une zone rouge ou orange? Voici ce que vous devez faire avant de quitter l'aéroport (vidéo)

 
CORONAVIRUS

Pour éviter une éventuelle reprise de l'épidémie en Belgique, les autorités sont attentives aux retours de vacances. En direct de Brussels Airport, Halima Moane Sahli nous explique ce que les voyageurs doivent faire s'ils reviennent d'une zone rouge ou orange.

Pour éviter une éventuelle reprise de l'épidémie de coronavirus en Belgique, les autorités sont aussi attentives aux retours de vacances. Un système de code couleur a, pour rappel, été adopté cette semaine. Des mesures doivent être respectées par certains voyageurs revenant d'une zone rouge ou orange.

"Pour commencer par ceux qui reviennent d'une zone orange, il n'y a pas de procédure spécifique pour l'instant", a expliqué notre journaliste Halima Moane Sahli en direct depuis l'aéroport de Bruxelles. "Par contre, en ce qui concerne les zones rouges (Finlande, Irlande, Malte, Norvège, Lisbonne et les deux régions espagnoles Galice et Lérida), là on a une procédure spécifique qui est appliquée. Ces personnes doivent remettre un document rempli au préalable dans l'avion. C'est un document que la compagnie aérienne, en principe, doit leur fournir au moment de l'atterrissage. Ce document dûment complété doit être remis aux autorités sanitaires de l'aéroport. Ce document va permettre la traçabilité de tous ces passagers. Un autre document ensuite leur est remis avec les mesures fédérales. Ces passagers passent ensuite, tous, peu importe la provenance qu'ils soient d'un pays hors Europe ou qu'ils soient d'un pays de zone rouge ou de zone orange, au contrôle de température par le biais de caméras thermiques qui ont été installées à l'aéroport depuis le 15 juin et qui sont obligatoires pour n'importe qui. Ils peuvent ensuite récupérer leurs bagages et quitter tout simplement l'aéroport. Evidemment, il n'y a personne pour s'assurer du respect de ces mesures, les autorités fédérales comptant sur la responsabilité civique de chacun des passagers".

 

 

Vos commentaires