En ce moment
 
 

Déconfinement - Le choix du 10 mai: Marie-Rose a 13 petits-enfants et ne veut pas choisir

  • Coronavirus en Belgique: témoignages sur la reprise des contacts sociaux

  • Déconfinement: qu''en pense le citoyen ?

 
 
CORONAVIRUS
 

Le CNS a décidé que chaque famille pourrait recevoir jusqu'à quatre personnes à partir de la fête des mères ce dimanche 10 mai. Il doit s'agir à chaque fois des mêmes personnes. Cette mesure laisse place pour certains au débat, mais surtout aux choix dans les familles. Dans de nombreux foyers, tout le monde ne pourra pas être accueilli. "Comment choisir les 4 personnes qui peuvent venir chez nous et qui doivent toujours être les mêmes quand on est une famille recomposée ? Ma femme à une fille qui vit avec son compagnon et ont un enfant. Moi j'ai une fille aussi qui vit avec son compagnon et ont deux enfants. Moralité on doit faire un choix dans sa propre famille...", s'indigne Alain via notre bouton orange Alertez-nous. "Les familles nombreuses sont toujours oubliées", déplore une autre de nos lectrices.

"Je les aime tous pareil"

Marie-Rose qui habite près de Gembloux, elle, est en colère Cette retraitée ne peut se résigner à faire un choix au sein de son propre cerce familial: "Nous avons 13 petits-enfants, nous allons donc devoir choisir lesquels peuvent venir nous voir. Choix impossible à faire. Il faudrait même couper certaines familles en deux. Ah oui, il faudra aussi que les autres grands-parents acceptent de ne pas les voir puisque cela doit être dans un seul domicile ! Conclusion: je n'aurai pas de rencontre familiale car je ne peux et ne veux pas choisir. Je les aime tous pareil !"

Nous avons rappelé cette habitante du village de Grand-Leez dans la commune de Gembloux. Cette mère au foyer a éduqué quatre enfants qui ont aussi eu des enfants. Nous lui demandons leurs prénoms et âges. Pas facile quand on en a 13 mais elle nous les énumère tous : "Marc 19,5 ans, Antoine 16,5 ans, Eudoline 12 ans, Emilie et Lucie 11 ans environ, Hugo et Faustine 9 ans, Anaëlle 7 ans, Vélie presque 7 ans aussi, Rose 5 ans et demi, Laura à peu près pareil, Joséphine 3 ans et demi, Manon du mois de décembre."

"Ma première réaction était des sentiments mélangés de colère et de déception. Je me suis dit que ce qu'on me proposait, c'était pire que rien", commence-t-elle. "Je ne me vois pas faire un tri", dit la sexagénaire qui gardait souvent certains petits-enfants après l'école. Mais depuis le mois de mars, plus rien à part l'une ou l'autre discussion vidéo comme tant de grands-parents désormais.

Voici tout ce qui change à partir de dimanche et lundi

Pour d'autres la permission de recevoir quatre personnes est un soulagement. "Je trouve que c'est une bonne idée surtout pour les personnes seules", remarque une personne interrogée dans la rue par notre rédaction. Enfin, la vie peut reprendre un tout petit peu. "Pour le bien de mon petit, ce sera d'office de pouvoir re-convier sa marraine et sa grand-mère. Nous, on sera à trois en plus de notre famille. Reste plus qu'à trouver une quatrième personne." Encore faut-il que ces personnes ne choisissent de ne se rendre que chez vous et chez personne d'autres pour rappel. "C'est là qu'on va voir si on s'accorde autant d'importance l'un à l'autre. On verra, ça va peut-être créer des conflits", souligne une femme interrogée à Liège. 

 




 

Vos commentaires