En ce moment
 

Depuis la fusillade à Liège, le nombre de rapports sur des terroristes potentiels a considérablement augmenté

Depuis la fusillade à Liège, le nombre de rapports sur des terroristes potentiels a considérablement augmenté

Depuis le 1er juin, deux jours après la fusillade à Liège, l'OCAM a reçu 163 rapports sur des terroristes potentiels, quatre fois plus que la moyenne quotidienne avant le drame, rapporte De Morgen samedi.

L'Organe de coordonation pour l'analyse de la menace a reçu environ 59 documents par jour après le raid. Auparavant, la moyenne était de 44 quotidiennement. Il s'agit de rapports de gardiens de prison, d'agents, d'assistants sociaux ou de civils attentifs qui ont entendu parler d'affaires suspectes ou relevé un comportement anormal et partagent alors l'information.


"Notre tâche principale est de préserver la paix et le calme"

Après les attentats de Bruxelles en 2016, l'OCAM avait aussi connu une augmentation notable du nombre de signalements. "Au plus nous en disposons et au plus vite, au mieux c'est", affirme son patron Paul Van Tigchelt.

"Nous évaluons tous les rapports le plus vite possible pour déterminer leur crédibilité. Heureusement, la plupart des renseignements ne justifient pas de relever le niveau de la menace à 4. Mais on ne peut jamais prendre de risque. En fin de compte, notre tâche principale est de préserver la paix et le calme". M. Van Tigchelt n'exclut pas la possibilité de nouveaux attentats.

"Le danger d'un comportement de mimétisme ("copycat') est certain", assure-t-il.

Vos commentaires