Des enfants mis en scène par leurs parents font de la publicité sur Youtube: "Une logique malsaine"

Vous êtes peut-être en train d’établir la liste des fournitures scolaires qu’il manque à vos enfants. Ils savent souvent très bien ce qu’ils veulent et aujourd’hui, les plus jeunes sont influencés, comme les adultes, par de jeunes youtubeurs. Mélanie Renda et Eric Poncelet nous éclairent sur ce phénomène dans le RTLinfo 13 heures.

Swan comptabilise 3 millions d’abonnés, quasiment autant que Lana ou Codi, ils sont tous youtubeurs. Leurs vidéos racontent leurs histoires au quotidien, notamment lors de l’achat des fournitures scolaires.


Les parents ont encore leur mot à dire

Les enfants consomment ces vidéos. Sont-ils réellement influencés? En magasin, les parents ont encore leur mot à dire. "Mon fils a le choix de la couleur de ce qu’il veut acheter, mais je balise, je ne le laisse pas prendre vraiment tout ce qu’il a envie", explique une maman.

"On ne prend que ce qui est utile", explique un jeune garçon.  "Il y a des objets de l’an passé qui sont encore utiles, je les utilise".

"Je ne regarde vraiment pas de vidéo Youtube sur les fournitures, je ne vois vraiment pas de quoi il s’agit", remarque un adolescent.


Chaque vidéo rapporte de l'argent

Derrière la caméra, il y a un parent. Chaque vidéo génère un certain revenu, et certains profitent parfois de cette logique mercantile, c’est le cas dans une vidéo de Swan l’enfant-vedette par exemple. Il propose d’acheter un agenda à son effigie.

"Ce qui est malsain, dans cette logique-là, c’est que ce sont des enfants qui sont les stars d’une communication commerciale assez dissimulée", souligne David Hachez, expert en nouveaux médias. "Le contrôle est très difficile, donc forcément, des parents qui ont un peu envie de rapidement tirer profit de cela, peuvent mettre en scène leurs enfants, sans pour autant faire appel à une agence de casting spécialisée".

Les conditions de travail des enfants youtubeurs inquiètent les associations de protection de l’enfance. A l’heure actuelle, ils ne sont pas protégés, contrairement aux mineurs artistes. Il n’y a pas de limitation d’horaire, ni d’accompagnement psychologique.

Vos commentaires