En ce moment
 
 

DIRECT - Manifestation nationale: "La vie est chère, il faut de meilleurs salaires", des dizaines de milliers de personnes réunies à Bruxelles

 
 

Une manifestation nationale est organisée ce lundi à Bruxelles par les syndicats FGTB, CSC et CGSLB. Ils réclament davantage de pouvoir d'achat pour les travailleurs et une modification de la loi sur la norme salariale. Les syndicats ont promis une "démonstration de force". Certains secteurs seront également visés par des arrêts de travail.

DIRECT RTL INFO

12h50 - 70.000 manifestants selon la police

Selon la police, le cortège réunit 70.000 personnes à Bruxelles. 

12h10 - 80.000 manifestants selon la FGTB

La manifestation nationale pour le pouvoir d'achat a démarré lundi vers 11h30 du boulevard du Jardin Botanique à Bruxelles. Selon la FGTB, 80.000 personnes sont présentes.

12h - "Le mot d'ordre d'aujourd'hui, c'est vivre dignement et ne pas aller travailler la peur au ventre", s'exclame Marie-Hélène Ska

11h35 -  Les collectes de déchets également perturbées à Liège

Les collectes de déchets sont perturbées lundi dans la ville et la province de Liège, en raison des actions syndicales menées pour défendre le pouvoir d'achat des travailleurs. À Liège, aucune collecte n'a été effectuée dans les quartiers du Cadran, Sainte-Marguerite, Sainte-Walburge, Rocourt, Saint-Léonard, Coronmeuse, et Thier-à-Liège. Le ramassage des sacs jaunes, déchets organiques, papiers/cartons et PMC est reporté à mardi.

11h30 - "De nombreux dividendes ont été distribués mais quand il s'agit de négocier des salaires, il n'en ai plus question", accuse Olivier Valentin, secrétaire national de la CGSLB

11h20 - Le centre de Bruxelles se colore de vert-rouge-bleu

Des milliers de personnes se sont réunies dans le quartier de la gare du Nord à Bruxelles en vue de la manifestation nationale pour le pouvoir d'achat. Les militants FGTB, CSC et CGSLB se motivent à l'aide de musique dansante et de coups de pétards. "La vie est chère, il faut de meilleurs salaires": un écran géant et un podium marque le début du cortège.

Les manifestants s'engouffreront alors dans l'avenue du jardin Botanique, puis passeront par la gare Centrale avant de rejoindre la gare du Midi.  Les syndicats ont donné rendez-vous aux militants pour demander une amélioration du pouvoir d'achat, en pleine flambée des prix, et une modification de la loi sur la norme salariale de 1996, qui cadenasse les négociations sur les salaires.

11h15 - 20% de collaborateurs absents en Wallonie, 10% en Flandre

La plupart des employés bpost sont au travail, indique lundi l'entreprise publique, en ce jour de manifestation nationale. La Wallonie et Bruxelles sont légèrement plus touchées par le mouvement de grève que la Flandre.

11h05 - Les grandes surfaces peu touchées

Les grandes surfaces n'étaient dans l'ensemble que peu concernées par les actions syndicales prévues lundi dans le cadre de la manifestation pour le pouvoir d'achat. Quelques enseignes Makro sont tout de même restées portes closes en raison de la situation particulièrement problématique du personnel de ce groupe, a indiqué la CNE.

11h - La manifestation, un bel exemple de politique de l'autruche selon la FEB

Les actions syndicales de lundi menées pour défendre le pouvoir d'achat des travailleurs constituent un bel exemple de politique de l'autruche, estime le CEO de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB), Pieter Timmermans. Il a été confirmé par plusieurs instances, dont la Banque nationale récemment, que - contrairement à nos pays voisins - le pouvoir d'achat des familles est protégé par l'indexation automatique des salaires et des allocations, rappelle la fédération patronale. 

"La BNB a calculé que l'indexation automatique des salaires entraînera une hausse des salaires de 5,5% respectivement en 2022 et en 2023. Cela signifie une augmentation du coût salarial total de plus de 11%, soit près de 5% de plus que ce qui est attendu dans nos trois pays voisins, ce qui porterait à nouveau notre handicap salarial absolu à environ 16%. Si, à court terme, l'indexation automatique des salaires assure une bien meilleure protection du pouvoir d'achat que dans les pays voisins (+2,0% en 2022-2024) et que le revenu disponible des ménages en termes réels continue même d'augmenter (+4,5% en 2022-2024), les conséquences pour les entreprises belges risquent d'être désastreuses", avertit la FEB.

10h30 - Les manifestants se réunissent près de la gare du Nord à Bruxelles

Les manifestants sont tous attendus dès 10h près de la gare de Bruxelles-Nord pour un départ à 11h de la manifestation. Sur place, ils sont déjà nombreux à attendre le départ du cortège. Un podium est installé au bout de l’avenue Albert II. Les discours auront lieu à cet emplacement avant le début de la manifestation qui déambulera dans les rues du centre.

8h35 - Quelque 5.000 tickets de trains distribués aux travailleurs carolos qui vont manifester

De nombreux travailleurs de la région de Charleroi s'apprêtent lundi matin à prendre la direction de Bruxelles pour participer à la manifestation nationale pour l'augmentation du pouvoir d'achat et la révision de la loi de 1996 sur les normes salariales. Selon la FGTB Charleroi-Sud-Hainaut, quelque 5.000 tickets de train SNCB ont ainsi été distribués au cours des derniers jours et plusieurs cars affrétés au départ d'entreprises.

8h20 - TRANSPORTS. Le TEC perturbé

En Wallonie, de nombreuses lignes du réseau TEC étaient supprimées. Des listes des parcours concernés par ces suppressions avaient été communiquées vendredi sur le site internet de la société. Ces listes sont régulièrement mises à jour suivant l'évolution de la situation.

8h18 - TRANSPORTS. 60% des bus De Lijn roulent

Au nord du pays, quelque 60% des bus et 40% des trams de la société flamande de transport en commun De Lijn. En ce jour de manifestation nationale, De Lijn conseillait aux voyageurs de se renseigner sur le site internet de la compagnie avant d'envisager d'utiliser les transports publics. À Gand, 60% des bus et trams roulaient; la moitié à Anvers et 40% des trams au littoral.  

8h15 - TRANSPORTS. Un métro sur 4 à Bruxelles

Une ligne de métro sur quatre était opérationnelle lundi vers 7h30 à Bruxelles, informait la Stib sur son site internet. Il s'agit de la ligne Stockel-Gare de l'Ouest, prolongée jusqu'à Erasme. La fréquence était cependant très réduite. Des attestations de retard peuvent être téléchargées par les voyageurs. Sept lignes de tram sur 17 et une quinzaine de lignes de bus étaient en fonction. 

8h10 - AVIONS. "Un bus nous attend"

"On nous a avertis que notre avion décollera à Ostende. Un bus nous attend. On espère que tout sera en ordre", nous explique un voyageur. La compagnie aérienne TUI fly a détourné une grande partie de ses vols vers les aéroports régionaux d'Ostende, d'Anvers et de Liège.

7h30 -  AVIONS. "Ne venez pas à l'aéroport!"

"La situation est calme dans le terminal de Brussels Airport" ce lundi matin, indiquait peu avant 7h00 la porte-parole de l'aéroport. "Pas mal de voyageurs sont visiblement bien au courant qu'ils ne doivent pas venir jusqu'ici."

Et de compléter pour ceux qui avaient un avion à prendre ce lundi 20 juin: "Ne venez pas à l'aéroport. C'est mieux de contacter directement votre compagnie aérienne. D'une part pour obtenir un remboursement ou évidemment pour pouvoir rebooker votre vol à une date ultérieure."

 ou évc

7h15 - 70.000 personnes attendues dans la rue

Cette manifestation nationale est organisée à Bruxelles par les syndicats FGTB, CSC et CGSLB. Ils réclament davantage de pouvoir d'achat pour les travailleurs et une modification de la loi sur la norme salariale. La manifestation partira à 11h de la gare du Nord à Bruxelles. Pour permettre à tout le monde de rejoindre le lieu de rassemblement, neuf trains supplémentaires seront affrétés par la SNCB. Plus d'informations ici. 

7h - AVIONS. Brussels Airport annule tous ses vols au départ

Brussels Airport tous les vols annule tous ses vols au départ prévus ce lundi. Quelques touristes semblent pouvoir ne pas avoir été informés à temps et se trouvent donc à l'aéroport, a constaté notre journaliste Perrine Hubinon. "Nous ne pouvons pas garantir la sécurité des voyageurs", avait déclaré la porte-parole Nathalie Pierard ce dimanche. Une nouvelle mise à jour de la situation a mis en évidence qu'encore moins de travailleurs de la société de sécurité G4S qu'annoncé assureraient le contrôle de sécurité. Les temps d'attente menaçaient de dépasser les huit heures. La décision a dès lors été prise d'annuler tous les vols de passagers au départ.

À l'aéroport de Charleroi, aucun vol annulé pour l'instant. Mais il y a forcément des perturbations et les voyageurs sont invités à se présenter à l'aéroport au moins 3h avant le départ.


 

Vos commentaires