En ce moment
 
 

Ecoles: les fancy-fairs et bals de rhétos autorisés dans le respect des mesures sanitaires

 
CORONAVIRUS
 

La Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé d'autoriser les écoles à organiser des bals de rhétos ou des fancy-fairs. Cela, bien sûr, en respectant les mesures sanitaires. De quoi provoquer des différences entre les établissements scolaires. Nous nous sommes rendus dans deux écoles de la région namuroise.

L'une de nos équipes s'est rendue à l'Institut Saint-Louis à Namur. Nous y avons rencontré des élèves de rhétos qui réfléchissaient à ce qu'ils allaient porter pour leur bal de fin d'année. Car malgré la crise sanitaire, l'événement aura bien lieu, tout comme la proclamation. "C'est chouette, quand même, d'avoir une marque. Parce que donner juste comme ça (ndlr: le diplôme) alors qu'on a passé six ans dans l'école, c'est compliqué", confie une jeune fille. "C'est vraiment important pour se retrouver après cette année un peu compliquée", explique une autre.

Si le bal et la proclamation sont maintenus dans cette école namuroise, c'est parce qu'ils se feront en extérieur, où les mesures sont plus souples.

Voici les règles prévues après le 9 juin pour les événements en extérieur (règles à confirmer par le prochain comité de concertation):

  • la capacité autorisée sera de 400 personnes maximum,
  • la consommation de boissons et repas sera autorisée mais uniquement à table,
  • quant au masque et aux distances, ils resteront obligatoires.

On va limiter plus que probablement uniquement aux élèves

Les événement de la fin d'année réjouissent les élèves, mais ils suscitent aussi leur lot de questions de problèmes pour les directions d'écoles. "Le seul problème, c'est que j'ai 200 rhétoriciens. Pour la proclamation, on invitait toujours les parents et la famille. Donc on se retrouvait à 1.000 personnes. Ça, ce sera impossible. Donc on va limiter plus que probablement uniquement aux élèves", indique Laurent Henquet, le directeur de l'Institut Saint-Louis, section secondaire.

Matériellement, ce n'est vraiment pas possible

Des choix, il faudra aussi en faire dans d’autres écoles qui n’ont pas la chance d’avoir de grands espaces extérieurs. C'est le cas dans une école de Bouge où notre équipe s'est ensuite rendue. "Matériellement, ce n'est vraiment pas possible", réagit Olivier Biset, directeur de l'école Sainte-Marguerite.

La remise des diplômes pour les 6e primaire devra donc peut-être se faire à l’intérieur, où les mesures sont plus strictes.

Voici les règles prévues après le 9 juin pour les fêtes et réceptions à l'intérieur (à confirmer par le prochain comité de concertation):

  • tout le monde devra être masqué et assis,
  • avec 50 personnes maximum, enfants de moins de 12 ans compris.

"Vous imaginez que pour une remise de CEB, si on a déjà 25 enfants, ça veut dire qu'on doit limiter à un seul parent, sans enseignant", précise Olivier Biset.

Ces contraintes imposées par la crise sanitaire provoque aussi des questions chez les parents. "Quel parent va venir? Et puis la fratrie ne pourra peut-être pas non plus assister… Donc je pense que soit on le fait vraiment d'un bloc et on fait tout, soit finalement on annulera certainement", indique Murielle Fronville, maman d'une élève et co-présidente du comité de parents.

Dans cette école de Bouge, la fancy-fair sera en tout cas annulée. Pour compenser, des ventes de produits locaux ont été réalisées ce vendredi après-midi. Grâce aux 400 sacs vendus, elle pourra combler en partie le manque à gagner lié à l’annulation de la fancy-fair.

 




 

Vos commentaires