En ce moment
 
 

Est-il plus difficile de réussir son permis de conduire depuis la réforme en Wallonie? "C'est surtout le comportement qui est important"

Le taux de réussite du permis de conduire en Wallonie reste stable malgré la réforme. De nouvelles épreuves ont été ajoutées depuis un an, comme un test juste avant l'examen pratique. Comme l'an dernier, aujourd'hui, un peu moins de six candidats sur dix décrochent leur permis.

Le nouveau protocole, instauré depuis le 1er juillet 2018, comprend un test de capacités techniques à la conduite, et un autre de perception du risque. Aujourd'hui, John repasse son permis pratique et a dû affronter ces nouvelles modalités. "Quand j'étais plus jeune, c'était un peu plus simple, dans le sens où on y allait, on passait, et c'était bon. Maintenant, il y a un peu plus de choses à faire, mais je trouve que c'est un peu mieux pour les jeunes conducteurs, ça leur apprend un peu mieux à prendre la route", confie-t-il.


"C'est surtout le comportement qui est important"

Avant la réforme, l'examen pratique était coté sur la faute technique ou réglementaire. Dorénavant, la cotation analyse davantage les compétences comportementales. Le taux de réussite, lui, reste quasiment stationnaire: de 58,9% l'an dernier à 57,6% cette année.
Patrick Pasque, directeur d'une auto-école, explique que la donne a changé: "Le respect des autres, le respect du code de la route, bien entendu. Ils ne vont pas laisser passer des grosses fautes. Mais c'est surtout le comportement qui est important".


Des résultats encourageants

Le taux de réussite pour le test de capacité technique à la conduite est estimé à 55,9%. Le taux de réussite de l'examen de perception du risque, lui, est de 66%. La moyenne s'élève à plus de 5000 inscrits par mois. Les résultats sont encourageants un an après la mise en place de cette réforme régionalisée. "Avant, c'était une compétence fédérale, il était important que la région analyse un an après, les résultats. On est tout à fait satisfaits au niveau du SPW Mobilité-infrastructures", estime Mee Hwa Boulangé, porte-parole du Service public de Wallonie.

Beaucoup ont aussi anticipé: 6811 candidats se sont présentés avant la réforme contre 5378 cette année, soit une baisse de 21%. Le taux de réussite est presque similaire à celui de l'année dernière.

Vos commentaires